Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

10 Aug

Une jeunesse congolaise livrée à l’escroquerie politique

Publié par Berijc

« Les jeunes subissent de sévères sanctions au nom du respect des valeurs mercantiles absurdes dictées et imposées par le pouvoir. «On embauche que ceux qui obéissent, la loi du Tosa ô lia régnant comme devise absolue ». Les jeunes congolais qui rêvaient de vivre dans un pays où la liberté serait respectée, la dignité comme valeur morale et la réduction des inégalités comme locomotive du raffermissement de la solidarité se retrouvent contraint à prostituer leurs consciences et leurs talents pour des viles promesses économiques. » JCB

Comment peut-on parler de paix, d’émergence d’une classe moyenne et de choix de la jeunesse dans un contexte d’inégalité acerbe ?

Pourtant le Congo-Brazzaville bénéficierait d’un climat économique favorable dit-on ! C’est une des questions qui taraudent les observateurs qui pointent leurs regards sur l’évolution des rapports entre la paix, la justice, la jeunesse et l’économie au pays qui compte près de 4, 14 millions (2011, source Banque mondiale) et au budget annuel exorbitant de plus de 4000 milliards de FCFA.

Il se trouve que le climat social est des plus déplorables, notamment pour les jeunes en droit d’exercer une activité professionnelle. Ces derniers sont dans le collimateur de la justice et de l’ordre imposé par les sbires de SASSOU qui procèdent à des choix sélectifs dépourvus de toute méritocratie.

Le PCT a créé une jeunesse congolaise en panne d’avenir

Les jeunes subissent de sévères sanctions au nom du respect des valeurs mercantiles absurdes dictées et imposées par le pouvoir. «On embauche que ceux qui obéissent, la loi du Tosa ô lia régnant comme devise absolue ». Les jeunes congolais qui rêvaient de vivre dans un pays où la liberté serait respectée, la dignité comme valeur morale et la réduction des inégalités comme locomotive du raffermissement de la solidarité se retrouvent contraint à prostituer leurs consciences et leurs talents pour des viles promesses économiques.

Pour espérer demain voir son assiette remplie, devrait-t-il emprunter le chemin de la « perdition » consistant à s’enrôler tous au PCT ? Serait-il logique dans un pays qui se dit ouvert à la démocratie que prédomine une pensée unique ?

Plus aucun jeune de Brazzaville et Pointe-Noire (bien-sûr, et d’autres départements du pays) n’est épargné par cette corruption massive et passive qui s’abat partout proclamant que la vérité immuable est celle dictée par le PCT avec son cortège de slogans vide de sens.

Aujourd’hui, ce sont les jeunes de Dolisie qui pour beaucoup ont succombé aux sirènes du PCT en espérant ainsi améliorer leurs conditions d’existence. On est là en plein dans une manœuvre politicienne marquée par la coexistence de profondes inégalités ne pouvant que créer la dissension entre la démocratie, la justice et la paix sociale.

Ces jeunes faisant l’objet des pires humiliations, des promesses d’intégration non tenues dans l’armée, des promesses d’embauche non réalisées sont forcées par la loi du « plus fort » à intégrer la jeunesse du PCT. Sous prétexte que le salut serait dans l’adoration d’une politique qui prône l’exclusion et désavoue l’excellence. Un salut « on donne du poisson à la jeunesse, au lieu de lui montrer le chemin du fleuve pour y pêcher son propre poisson »

Malgré l’achat d’un arsenal impressionnant de guerre (arrivée fin juillet 2013 à Brazzaville), le pouvoir craint toujours la révolte de ces jeunes et s’y préparerait en conséquence. A défaut de les contrôler, il faut se préparer à les mâter.

Comme on dit « mieux vaut les avoir près de soi que de les savoir loin ».

Après le dynamitage des partis politiques de l’opposition (1), le PCT poursuit sa manœuvre « d’upérisation politique » en s’attaquant aux associations et autres mouvements de jeunes jusque-là hors contrôle du PCT.

Nous assistons à un spectacle inédit et dégradant qui touche toutes les sphères de la société congolaise : querelles intestines, divisions multiples, et dissensions au sein de tous les partis politiques et les associations les plus diverses et enfin perte de valeurs morales.

Ce spectacle ressemblerait au célèbre combat biblique de David luttant contre Goliath. L’histoire nous rappelle qu’il n' y a rien de plus beau et de plus grandiose que le combat solitaire de toute une jeunesse, tragique soit-il, souvent perçu comme perdu d'avance, mais exprimant un courage extraordinaire, mâtiné de beaucoup d'abnégation et de patriotisme. D’aucuns diront que peut la jeunesse congolaise devant l’arsenal militaire du clan SASSOU ? Et pourtant à n’en point douter, la valeur de ce genre de lutte n'est-elle pas d'être symbolique, de faire réfléchir, et de réveiller les consciences que la vérité ne peut-être entre les mains d’un seul groupe?

« Ce n'est pas parce qu'on court en solitaire qu'on est tout seul… » Tom CLANCY, Actes de guerre (1996, Série Op-Center)

Il est établi que la jeunesse, partout dans le monde, est une source de rébellion légitime, de prise de conscience aiguë de l'injustice. Vouloir briser la personnalité des jeunes, par une incarcération sévère, souvent injustifiée, déterminante pour leur avenir, serait un geste lourd de responsabilité, de la part de l’homme politique.

Ce serait « s'asseoir sur une marmite qui boue sur le feu et qui à la fin finira toujours par exploser lorsque la température aura atteint son point de non retour. »

Il nous semble donc responsable de faire remarquer à cette jeunesse que ce système qu’on leur propose est une panoplie gigantesque de solutions alléchantes déjà préfabriquées destinée à vous endormir. C’est en réalité truffer de vieux relents du stalinisme et du maoïsme. Ne vous laissez pas embarquer dans cette grande couveuse frigorifique qui ne vise qu'anesthésier l'énergie de votre jeunesse et de canaliser votre force vers d'autres objectifs sans aucun doute improductifs.

Vous seriez saigné à la première tentative d’émancipation. Ca ne s’est pas passé seulement à Prague, à Budapest, à Tienanmen mais nous le vivons en réalité à Talangai, à Bayardelle.

Le paradis artificiel d’une jeunesse désœuvrée

« La vie est une eau que les jeunes gens laissent couler sans le savoir, entre leurs doigts ouverts. Ferme tes mains, ferme tes mains, vite. Retiens-là. » Jean Anouilh

On vous utilise aujourd’hui pour que vous travailliez pour ceux qui ne recherchent que le pouvoir pour le pouvoir, les privilèges, la renommée et l'argent tout en se cachant derrière des slogans nobles et des promesses farfelues. Ce système mis en branle par les manipulateurs du PCT, sortis tout droit de l’école stalinienne et maoïste, tend à vous cloner en « citoyen idéal » destiné à préserver le système actuel. On vous fatigue, on vous livre à la débauche, à la dépravation par la chair, l’alcool et par toutes sortes de vices agissant comme des drogues. A la fin, vous ne croyez plus en rien. Vider et anesthésier de votre force de résister, vous êtes blasés, désorientés, lessivés, consommés et vidés de l’intérieur. On vous pousse à consommer les produits mis à votre disposition (Hôtel, maisons, voitures, voyages, nourritures, secte…) Savez-vous dans quel but ? Je vais vous le dire… Le pouvoir en place veut absolument fabriquer une jeunesse qui soit livrée à ces loisirs débiles dans le but de lui faire oublier le triste sort qu’elle vit au quotidien et qui l’attend dans les années et les décennies à venir.

Ce n’est un secret pour personne que le Congo vivra les moments les plus difficiles socio-économiquement. A savoir, le chômage sera triplé voire quatriplé après SASSOU, car les caisses seront vides annihilant ainsi toutes possibilités de reprise économique dans les 10 ans à venir. La précarité et la clochardisation de la jeunesse va s’empirer au regard de la fracture sociale en cours.

Ce que vous voyez à Brazzaville et à l’intérieur du pays, c’est-à-dire le désœuvrement d’une jeunesse alcoolisée, endoctrinée et dressée à l’école sans morale comme les animaux du cirque n’est que les étapes d’une politique conçue pour maintenir le pouvoir clanique au firmament de l’Etat. On vous bande les yeux avec des peccadilles éphémères. C’est le règne de l’escroquerie politique qui avilisse le mépris et l’enrichissement sans pudeur.

« Il n’y a que le faible qui trompe; le vrai politique est celui qui joue bien et qui gagne à la longue ; le mauvais politique est celui qui ne sait que filer la carte, et qui tôt ou tard est reconnu. »Voltaire

Vous pouvez encore sauver ce qui peut encore l’être.

Une jeunesse revendicative, dénonciatrice, politisée et réfractaire à l’enrôlement et à l’embrigadement dans les structures et les enceintes, parfois contre leur gré, au sein du PCT, et ses alliés est inacceptable et intolérable par les tenants du pouvoir.

La triste période mouvementée que traverse le Congo, doit être l’occasion pour notre jeunesse de se ressaisir. Les jeunes en particulier dont l’avenir dépend des choix du présent, ont intérêt à abandonner le monde des promesses illusoires pour se pencher sur le monde des possibilités, de l’action. Cette jeunesse doit refuser la dictature des marchands de sables et prôner l’élévation par soi-même vers l’excellence. La plainte disant « ils nous ont trompé, ils sont tous pareils » n’est plus recevable, maintenant que cela est su.

Pour déjouer les manœuvres de cette escroquerie politique, la tâche essentielle de la jeunesse congolaise consiste à débusquer l’action de la propagande politique dont elle est victime en élaborant une procédure d’alerte, d’information de refus de la compromission. Posez-vous les vraies questions, lorsque l’homme politique vient vous aborder. Quel est son passé, comment s’est-il enrichi, qu’a-t-il fait pour son village, sa région et son pays bref quel est sa vision pour le Congo ? Vous vous rendriez vite compte que l’on vous encourage à la facilité pour mieux se servir de vous.

Ce système n’hésiterait pas à se montrer impitoyable et démesurément répressif. Car c’est cela son vrai visage. Etes-vous une jeunesse kleenex ou une jeunesse consciente

Retenez-le ! Que ce système ne pourra jamais satisfaire toute la jeunesse congolaise par ces choix sélectifs et arbitraires. La nappe de la misère va continuer à s’étendre sur les couches immenses des populations congolaises qui n’auront pas d’autres choix que celui d’admirer une petite classe bourgeoise s’empiffrer et de l’élite politique corrompue gérer les affaires publiques. Dans ce paysage politique congolais ou fourmille de politiciens sans conviction ni vision globale, la manipulation a pris le dessus sur l’éthique politique. La paix, l’émergence d’une classe moyenne et le choix de la revalorisation de la jeunesse resteront des visions incertaines tant que se côtoieront les inégalités profondes. Tant que les partis politiques (pas seulement le PCT) nadopteront pas un discours de vérité dénué des promesses hasardeuses, il ne serait qu’utopique de croire au redressement de la barre d’une jeunesse en perdition au Congo-Brazzaville. Il est temps de se réveiller et de se prendre en main. Sinon au risque de pleurer éternellement sur ce qu’on aurait du faire dans le passé. Or la jeunesse c’est regarder vers demain avec l’ambition que le futur soit différent du présent.

On ne le dira jamais assez que la politique est une vocation noble qui n’est corrompue que parce que l’on décourage les personnes de bonne volonté ou parce que l’on fait de mauvais choix. Le PCT ne vous propose pas de solutions à long terme.

« Ne laissez pas le feu qui brûle en vous s'éteindre, irremplaçable étincelle par étincelle, dans les sables mouvants sans espoir de l'approximatif, du pas assez, du pas tout de suite, du pas du tout. Ne laissez pas mourir le héros qui est en vous, dans la frustration solitaire d'une vie que vous méritiez mais n'avez jamais pu atteindre. Contemplez le chemin à parcourir et la nature de votre bataille. Le monde que vous désirez peut être atteint, il existe, il est réel, il est possible, il est à vous. Mais l'atteindre requiert une implication totale et une rupture totale avec le monde de votre passé, avec la doctrine selon laquelle l'homme est un animal sacrificiel qui existe pour le plaisir des autres. Battez-vous pour la valeur de votre personne. Battez-vous pour la vertu de votre fierté. Battez-vous pour l'essence, qui est l'homme, pour son esprit rationnel souverain. Battez-vous avec la certitude rayonnante et la rectitude absolue de savoir que votre moralité est celle de la vie et que votre bataille est celle de tout accomplissement, toute valeur, toute bonté, toute joie qui ait jamais existé sur cette terre."Ayn Rand (2)

Comme le dit si bien ce proverbe africain « Le vieillard se chauffe avec le bois ramassé dans sa jeunesse. »

JC BERI, contact@dac-presse.com

(1) : Congo-Brazzaville: Le dynamitage des partis de l’opposition

(2) : http://www.paperblog.fr/6613301/les-jeunes-quittent-la-france/#ES61R8eZZRS35ttv.99

Une jeunesse congolaise livrée à l’escroquerie politique
Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).