Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

14 Aug

Réaction du DAC au Message du chef de l’Etat sur l’état de la nation

Publié par Berijc

Réaction du DAC au Message du chef de l’Etat sur l’état de la nation

" Le nouveau Congo que Mr SASSOU veut bâtir, c’est faire de sa ville natale le futur centre névralgique du Congo de demain. C’est une notion du progrès nombriliste agissant contre l’intérêt général." JCB

Dés les premiers mots de ce discours transpirent déjà le mensonge politique. Et cela peut se vérifier par la contradiction de ses propos en peu de temps.

« Agir pour réconcilier le peuple. Agir pour reconstruire l’Etat et la Nation. Agir pour bâtir l’avenir d’un Congo nouveau auquel nous avons promis d’assurer le progrès, l’équilibre et la justice »

Mr SASSOU NGUESSO prend les congolais pour des bonnets avec l’évocation de ses paroles invoquant la réconciliation, la reconstruction, le progrès et l’équilibre de la justice. Peut-on réellement prétendre réconcilier une nation dont on est soi même au cœur de la division ? Juste ses dix dernières années combien d’officiers d’autres régions a l’exception de la région de la cuvette ont été promu garde de général ? Tout congolais peut faire le constat sans pour autant verser dans le dénigrement. 89% de l’élévation au garde supérieur dans l’armée congolaise concerne ses proches ou tout au moins ceux qui partagent la démarche sectaire très bien maquillée ici en Armée nationale. Une armée est une institution républicaine et de ce fait doit obéir aux règles déontologiques régissant leur devoir d’impartialité et de protection de la nation entière. Or les preuves sont accablantes attestant que nous avons au Congo une armée formatée à son image pour lui servir et non au service de la nation. Es-c’est cela une nation orientée vers la réconciliation de toutes ses filles et fils ? Le Congo est uni et réconcilié quand Sassou est aux commandes, posez-vous la question pourquoi ne l'est-il pas quand il n'est plus aux affaires?

« Agir pour bâtir l’avenir d’un Congo nouveau auquel nous avons promis d’assurer le progrès »Tiens donc ! Pourquoi persévérer à naviguer dans le mensonge alors que les faits contredisent vos belles paroles ? Le progrès dont nous parle Mr SASSOU, les congolais le cherchent avec des lampes torches. La capitale congolaise ressemble à un dépotoir de déchets à ciel ouvert. L’insalubrité côtoie la vie quotidienne des citoyens. Il se trouve que les grandes réussites du progrès social commencent par prendre soins de ses concitoyens en les mettant à l’abri des maladies dues au manque d’assainissement et de traitement des déchets ménagers. Comment peut-on parler de progrès lorsque la plus basique des taches n’est pas honorée ? Nous savons que parler du progrès signifie mettre l’homme au cœur de l’action. Or l’homme congolais est livré à lui-même sans une infrastructure sanitaire pouvant lui permettre de se maintenir en bonne santé. Comment peut-il œuvrer à « forger ensemble et durablement notre destin commun ». On voit bien là que les conseillers de Mr SASSOU le pousse à utiliser des mots et des phrases sans une réelle observation de la réalité sur le terrain.

Peut-être pour eux le progrès se résume à la construction d’un grand complexe sportif à OYO, alors que 80% des sportifs sont concentrés à Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie et Owando ? Le progrès c’est transposer un cheptel de plus 5000 têtes de bœufs à OYO contre toutes les recommandations géographiques stipulant qu’il est déconseillé de le faire sur des terres marécageuses ? Le progrès c’est la construction d’un complexe hôtelier, toujours a OYO, dont on sait que la fréquentation est aléatoire ? Le nouveau Congo que Mr SASSOU veut bâtir, c’est faire de sa ville natale le futur centre névralgique du Congo de demain. C’est une notion du progrès nombriliste agissant contre l’intérêt général.

« L’équilibre et la justice » C’est à tomber des nues ! On est dans l’acceptation de l’illusion comme preuve. Dans la sacralisation d’une justice à deux vitesses. Quelle justice !! Celle galvaudée gâchée, déformée ou celle qui est l’otage de certaines forces étrangères aux règles de la loi faisant souvent prononcer des verdicts dictés d’en haut ? L’ordre social recommande que la Justice soit totalement équitable, selon Rousseau, seulement Rousseau n’est congolais.

Quand le peuple se rend compte que la Justice n’est pas garantie par les Institutions de sa République, que la Justice soit étroitement liée avec le gouvernement, la méfiance s’installe au niveau du peuple. Le peuple se sentant opprimé détourne le regard qu’il accorde à la République. C’est ce qui se passe depuis une dizaine d’année.

« Quand ceux qui ont le pouvoir de changer les choses refusent de faire les changements nécessaires, la seule alternative qui reste est la prise du pouvoir ou le renversement de l’ancien ordre (Nelson Mandela). »

L’équilibre, oui il sera restauré lorsque la justice traitera tous les citoyens équitablement Lorsque la justice rendra une vraie justice et non des parodies révoltantes. Le peuple congolais est lassé d’une institution qui fabrique de mécontents, de frustrés, des opprimés, des non compris. La justice congolaise est une justice injustice au service de l’Etat et de son chef.

« L’équilibre et la justice » seront acquis lorsque le droit protégera l’individu contre les abus. Le faible contre le plus fort. Seulement, le premier citoyen de la république qui devrait montrer l’exemple est le premier délinquant qui bafoue et viole les textes et la loi. Il n’y a qu’ a se référer aux deux grands procès de la décennie « les disparus du Beach et la parodie de procès en cour sur la catastrophe du 04 mars 2012 » pour s’en rendre compte que « L’équilibre et la justice » dont nous parle Mr SASSOU est a géométrie variable

« Quand l’injustice devient loi, la résistance devient un devoir. » Thomas Jefferson

Lorsqu’on parcourt sa litanie de mesures et promesses économique on a l’impression d’avoir en face un prêtre déroulant les grains de son chapelet, sauf qu’ici il s’agit d’un chapelet de mensonge, de promesses illusoires, des plats indigestes resservis continuellement et actés comme réalités. L’arrogance infecte qu’affichent ces ministres est à l’image de ce discours insolemment écœurant, irrespectueux pour les milliers de congolais dont la souffrance est leur lot quotidien.

« A quoi sert-il de se mentir à soi-même et de revenir chaque fois sur des mesures jamais appliquées réellement ? Une croissance de +8% dans le secteur industriel ....ça ne passe pas inaperçu tout de même ! ...A moins de prendre en compte de la croissance des projets ( Plusieurs projets seront engagés, notamment la production, à Brazzaville, des engrais et de l’énergie électrique à base des déchets ménagers, le montage d’un complexe textile à Brazzaville, la construction des cimenteries de Dolisie, Madingou et Mindouli, l’implantation d’une usine de fabrication de panneaux solaires à Oyo, le montage de l’usine de cristallisation de Mengo, la mise en place du complexe industriel céramique de Makoua)....Mais ce sont encore que des projets....! » dixit Marion Madzimba E.

« Cette revue de l’économie nationale nous permet de vous dire que l’émergence économique nationale est à notre portée. Ne relâchons pas l’effort. Continuons d’asseoir un cadre macroéconomique stable, d’assainir fondamentalement et durablement les finances publiques, d’observer la rigueur et l’orthodoxie dans l’exécution du budget de l’Etat » dixit Sassou Nguesso

Non ! Mr SASSOU, pas plus loin qu’il y a six mois ce gouvernement que vous plébiscitez était au cœur des scandales croisés. Les scandales et les révélations sur les malversations et abus de pouvoir dans lesquels seraient impliqués des ministres, hauts cadres et membres du clan alimentent encore les discussions des congolais de plus en plus indignés et choqués du spectacle. Les premiers mois de l’année 2013 plongent la république au cœur des scandales ayant trait aux affaires de détournement, de vol suspect et de conflits d’intérêts. Mr SASSOU ou vous êtes aveugle ou vous êtes complice de tous ces maux qui minent la société congolaise. Ou est la notion du respect des « efforts de bonne gouvernance » ?

Même en plagiant les projets conçus par d’autres (Interdiction sacs plastique, L’eau potable pour tous) qu’on vous fait croire que c’est le fruit de la recherche acharnée de tes ministres, force est de constater que les résultats sont biaisée, mal identifiés et surtout loin des attentes des populations. Si ce n’est pas détourné à des profits égoïstes.

Cela fait des années que le peuple congolais tire la sonnette d’alarme. Les réponses furent à chaque fois négatives, voire silencieuses, le laisser-aller règne. Celui qui laisse faire, c’est le chef de l’État qui prétend aujourd’hui que tout va bien. Si sanction il doit y avoir, elle ne doit pas seulement être pour les ministres. Nous sommes en présence d’un gouvernement, d’un Etat en faillite morale et politique. Une oligarchie forte éloignée des peuples dont elle prétend régler le sort. L'évidence du fossé qui s'est creusé, entre les congolais et leurs dirigeants à quelque chose de dramatique. Les signes sont perceptibles. Pas besoin d’être un expert en économie pour déduire que le Congo s’achemine vers des lendemains difficiles. Ils sont anciens et perdurent dans une constance indifférence. Mr SASSOU refusant de se remettre en question et continuant à faire croire à l’embellie économique.

Sur le plan social, trois aberrations ont retenues notre attention.

- la gratuité du traitement antipaludique chez l’enfant de zéro à 15 ans et chez la femme enceinte ;

- - la gratuité de la césarienne et des autres interventions majeures liées à la femme enceinte ;

- - la gratuité de certains documents et pièces délivrés par les administrations publiques

Il est inconcevable qu’un Chef d’Etat se laisse fourvoyer de la sorte alors qu’il a une armada de conseiller qui pouvaient rectifier le tir. S’agit–il d’une manipulation savamment orchestrée en interne ou d’une incompétence collective ? Toujours est-il que Mr SASSOU a fait preuve d’une naïveté condamnable. Pourquoi ne pas avoir vérifié de l’exactitude de ces points avant de venir triomphalement les détailler. De source sûre et , que tout congolais peut vérifier, la gratuité du traitement antipaludique chez l’enfant de zéro à 15 ans et chez la femme enceinte ainsi que la césarienne et autres interventions majeures liées à la femme enceinte sont soumis à des prestations facturés . S’agit-il peut-être d’un excès de zèle de certains médecins, toujours est-il que ces mesures ne sont pas respectées ni suivi à la lettre par tous les médecins.

De même la gratuité de certains documents et pièces délivrés par les administrations publiques est un euphémisme. Certains congolais résident a Lyon ont eu la mauvaise surprise de se voir réclamer la somme de 30 euros pour l’obtention du passeport biométrique sensée être gratuit. Cela s’est passé au premier trimestre 2013 à Lyon. Ou est l'impact social de ces mesures bafouées au vu et au su de tous? Dire que cet un affront au Chef de l'Etat est un euphémisme.

Pas besoin de s’étaler sur la fracture sociale qui continue à creuser son sillon de malheur. Tout est bon pour justifier l’inaction, même l’outrecuidance et l’arrogance ; nous avions la meilleure croissance d’Afrique centrale, nous construisons le pays se plaisent-ils à dire tout haut. Tant bien même que les statistiques des organismes internationaux disent le contraire.

La réalité est que par manque de courage, de sanction, par une gestion hasardeuse et frauduleuse des biens et richesses de la nation ils ont transformé ces richesses du peuple et de la république en une caste financière clanique. L’Etat sera incapable de baisser son déficit en 2013 même si l’on nous prédit le contraire. Parce qu’il est incapable de gérer l’argent public mais aussi parce qu’il continue à mener la même politique, celle des dépenses publiques hors contrôle et interventionnisme tous azimuts, détournement à répétition, des prêts gagés chinois, des comptes offshore obscur, des missions et voyages à l’étranger injustifiés.

Que dire du "voyage de la polémique de Mme SASSOU . Alors que le Congo est en proie à de graves problèmes de pauvreté, avec 3,6 millions d'habitants dont la moitié vit en dessous du seuil de pauvreté, les hautes instances du pays ont fêté le 70è anniversaire d'Antoinette Sassou-Nguesso, à Saint-Tropez, ce week-end. Comme il se doit. Etc. Ce séjour aurait coûté un million d'euros." METRO PLUS

Sur le plan de politique intérieure Mr SASSOU reste égal à lui-même c'est-à-dire enfermé dans son autosatisfaction proche d’un obscurantisme béant. Il voit des avancées démocratiques là ou les portes du dialogue sont barricadées. Un déni de la volonté populaire où les officines à sa solde transforment les vérités en mensonge. Pour eux 65% des mecontents congolais, des journalismes muselés, des compatriotes incarcérés, l’opposition bâillonnée sont les preuves que « la démocratie est bien en marche dans notre pays. »

« La démocratie ne signifie pas s’opposer systématiquement à tout. La démocratie ne consiste pas en un refus permanent du dialogue et du compromis. La démocratie ce n’est pas de voir d’infâmes collusions, de coupables compromissions, de viles trahisons toutes les fois qu’un certain rapprochement semble s’opérer entre les points de vue contraires, au nom de l’intérêt général. » SASOU NGUESSO

L’Encyclopédie Larousse du XXe siècle, nous dit que « La démocratie consiste dans l’exercice, soit direct, soit indirect, du pouvoir par le peuple. Cette organisation politique implique un état social caractérisé par le fait que tous sont égaux devant la loi, que tous possèdent les mêmes droits. Les fonctions sont accessibles à tous, (...) les citoyens devant être appelés à la vie intellectuelle et morale, et de plus en plus mis en état d’exercer, d’une façon efficace et raisonnée, la part de pouvoir qui leur est attribuée, l’Etat démocratique a l’obligation d’instituer des œuvres d’instruction et d’éducation, et des œuvres de solidarité. Le régime démocratique a pour instrument le suffrage universel et pour cadre plus particulièrement approprié la forme républicaine ».

Notre objectif n’est pas de jeter le discrédit sur l'ensemble des hommes politiques congolais en place dans le pays et encore moins de faire l'apologie d’un Congo voué à l’échec. Il est certain et même encourageant de faire remarquer que certains hommes politiques méritent notre plein respect, quand bien même ils sont souvent « séquestrés idéologiquement » par des groupes d'influence ultra-ethnique. Mais reconnaissons tout de même que le manque d'impartialité de la justice, l'injonction des pouvoirs publiques dans l'attribution des marchés, les cas avérés de grossiers détournements, l'absence d'efficacité dans les prestations des services publics, le manque de vision pour le développement, le manque de courage politique des dirigeants congolais lors des grandes discussions concernant l'avenir de la planète toute entière, relevés quotidiennement, sont de nature à jeter un voile de suspicion et de doute sur les qualités de ces derniers

Notre démarche citoyenne vise à atteindre un objectif de démocratie tournée vers le développement comme élément central de toute action. Elle s’inscrit, comme nous ne cessons de le faire, dans un but de susciter des interrogations et à faire germer des idées pragmatiques conduisant à l’éclosion d’une conscience nationale, avant de faire vibrer la fibre patriotique qui est en chacun de nous et nous faire rêver ensemble une modernité républicaine basée sur la culture de l’excellence et de l’intégrité.

Association DAC : contact@dac-presse.com

Réaction du DAC au Message du chef de l’Etat sur l’état de la nation
Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).