Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

08 Apr

Une manifestation dans l’unité retrouvée.

Publié par Berijc

Le président congolais Denis Sassou Nguesso, reçu ce lundi 8 avril à Paris par François Hollande, a dénié à la justice française « le droit » d'enquêter sur les « biens mal acquis », estimant qu'il s'agissait d'une entorse au principe de non ingérence.

 

Ce principe doit être « respecté pour que la justice en France ne se sente pas le droit de traiter de questions qui intéressent les problèmes intérieurs aux autres Etats », a-t-il insisté.« Monsieur Sassou Nguesso est un homme du passé », lui répond l'avocat de la Ligue des droits de l'homme (LDH), Maître William Bourdon.

 

Je l'avais dit avant et voilà que William Bourbon vient de le confirmer. Au niveau de la communauté internationale, Denis Sassou Nguesso est un homme du passé et il appartient au passé. Les gens ont hâte de tourner la page Sassou. Les gens finiront un jour à me donner raison mais cela sera trop tard.

 

Plus de cent à cent cinquante personnes ont manifesté le lundi 8 avril 2013,  place Chaissaigne–Goyon, Paris 8é contre la dictature, les détournements, la corruption, l’enrichissement personnel, les crimes contre sa propre population, les paradis fiscaux, l’oligarchie, la kleptocratie  savamment orchestrée par le pouvoir autoritaire de Brazzaville sous la houlette de Denis SASSOU NGUESSO. Répondant à l’appel de la DIASPORA CONGOLAISE, une mobilisation sans précédent des congolais, des associations politiques  ainsi que des mouvements de la société civile

ont marqué les esprits.


Alors que, jusqu'à présent, les appels à manifester contre le pouvoir dictatorial de Brazzaville attiraient tout au plus quelques dizaines de personnes, cette fois, les  membres des associations de la DIASPORA, partis politique et individualités  se sont mobilisés pour protester contre la venue de Monsieur Sassou Nguesso à Paris. Les manifestants ont scandé des slogans contre Sassou Nguesso, brandissant des pancartes avec les inscriptions: « SASSOU ASSASSIN » « Dictature SANGUINAIRE » « SASSOU VOLEUR » «  SASSOU DEGAGE » «  YA ME LUNGA » ……..

Nous avons observé des manifestants unis par une même ferveur qui se sont  rassemblés à proximité de l’Elysée (400 mètres).   « SASSOU  et sa bande ont fait passer le Congo  d'un pays prometteur au lieu le plus sombre d'Afrique centrale  où sévit les empoissonnements, le musellement de la parole, le déni de démocratie… » a commenté sous un ton virulent Maître TONY MOUDILOU.  Aussitôt reprit par Bienvenu MABILEMONO qui renchérit : « On refuse qu’on décide  pour nous,  nous sommes contre  les manipulateurs, nous ne voulons plus être silencieux alors que notre pays dérive dans une dictature abominable ».


En dépit de cette terreur inimaginable, les manifestants  refusent d'être réduits au silence et se sont engagés dans une voie non-violente pour sortir de ce cauchemar. Etant pleins de bravoure, ils ont salués l’unité retrouvée de la DIASPORA CONGOLAISE.

 

CLC, KIMPWANZA, CERCLE DE LA RUPTRE, DAC, DABANNYL, UPADS, MCDDI, MUDUC, Cercle de réflexions de Paris, CODICOR… (J’en oublie peut-être) toutes ces associations ont  réagi en communion pour dire STOP à  LA DICTATURE.

« Nous sommes tous des congolais car la nation congolaise existe, elle vit et elle lutte pour se libérer du joug des dictateurs sanguinaires. Ce n'est pas exagéré de rappeler, que la nation congolaise, c'est aussi, une riche composante, une formidable diversité de communautés, de toutes les sensibilités, mais congolais unis pour la même cause, pour la même justice pour la même démocratie et pour la liberté » ont commenté Marie Louise Abia et  Gertrude B. Malalou de DABANNYL 

 

C’est cette belle leçon d’unité qui a été le message fort et le plus percutant de la manifestation. Serait-il là un début de prise de conscience de la communauté congolaise de France ? En tout cas,  voir main dans la main, unis pour une cause commune, NSONGUISSA MOULANGOU, Antoine KIHOULOU, les Ministres M. OUABARI et Benoît KOUKEBENE, Paulin MAKITA, Raphael GOMA, EF LOUBELO, MAPINGOU… ne peuvent que renforcer la confiance des congolais . Les congolais qui attendent justement ce message fort qui transcende la Chape de peur qui les habite habituellement.

 

Ceci à l’ opposé de certains  compatriotes qui se sont laissés fourvoyer en ramassant par terre  les miettes que les serviteurs du clan SASSOU leur laissent tomber avec un air de dégout et de mépris. Honte a eux. L'histoire s'en souviendra de ces enfants qui ont trahi la peuple.

 

Mais « la lutte pour la démocratie est un grand combat, qui nécessite l'union, la cohabitation entre les différentes communautés, pour le même objectif, pour le même changement radical des situations incompatibles avec les aspirations de nos peuples. Il faut chasser les despotes, les dictateurs, les marionnettes, les magouilleurs, les affairistes, les escrocs, les voleurs et les corrompus et corrupteurs, les tricheurs, les hypocrites et ceux qui ont ruiné les richesses de nos pays respectifs » commente  NSONGUISSA MOULANGOU.

 

A l’issue de la rencontre de Denis Sassou Nguesso et François Hollande, notre compatriote Tony Gilbert Moudilou a déclaré : « Patriotes, Républicains et africanistes, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles car vous n'avez pas été trahis par Françopis. Nous venons d'être rassurés auprès de nos amis que le Président François Hollande a tenu bon. Sur tous les dossiers qui étaient à l'ordre de leur entretien, notre sieur Sassou Nguesso, est sorti de là, la queue entre les deux cuisses comme quand un chien arrête de se battre ou qu'il es battu. Sur l'essentiel, François n'a cédé sur rien. Quant bien même que son interlocuteur a voulu s'imposer. Sur les dossiers les plus brûlants pour lesquels, Sassou Nguesso s'était arrêté de dormir normalement depuis plus de 5 ans: à savoir : le dossier sur les "biens mal acquis", les "Droits de l'homme", "la Démocratie", M. Sassou Nguesso a broyé du noir. Notre message est bien passé et François ne nous a pas trahis. Vendredi, M. Sassou repartira vendredi comme il est arrivé. Donc pour ma part et c'est sans équivoque, il pourra encore bénéficier de ma voix ainsi que celles de mes enfants en 2017.On nous a signalé que M. est sorti de cet entretien, très renfrogné au point de vouloir fuir les micros des journalistes. Bon il faut veiller à lui jusqu'à son retour car, on ne sait jamais. En tout cas, moi je vais pouvoir bien dormir car mon inquiétude étant dissipée. Bon courage chers frères et sœurs combattants d'Afrique et du monde. »


C’est sur cette note d’espoir et d’unité que les manifestants se sont dispersés à 13 h.

 

JC BERI

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).