Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

23 Apr

Sauvons le Centre Hospitalier et Universitaire de Brazzaville (CHU)

Publié par Berijc

" Construisons dès maintenant cette chaine de refus du délabrement du CHU. " JCB

 


EBINA2.jpgLe CHU de Brazzaville s’avilit devant le regard indifférent de Mr Sassou Nguesso et de son clan. Dans l’indifférence totale, le clan Sassou ne cesse d’étaler son opulence avec des somptueuses villas et des voitures 4 X 4 de luxe qui sont autant de roues d’or pour des nids-de-poule de Brazzaville et de Pointe-Noire. Au moment où la FONDATION EBINA lance un cri d’alarme sur les conditions vétustes du CHU de Brazzaville, un général de division proche de M. Sassou Nguesso vient de s’offrir, début avril 2011, un superbe 4x4 Range Rover dernier cri d’une valeur de 65 millions de F CFA alors que l'installation d'un nouveau ascenseur coûte environ 90 millions de F CFA. Les parkings de certains membres du clan Sassou regorgent des voitures 4x4 de luxe dont le prix à l’unité dépasse largement le budget de réhabilitation du CHU de Brazzaville. La détérioration des infrastructures sanitaires du Congo est le dernier  des soucis de Mr  Sassou Nguesso et son clan. Pour eux, un bobo se soigne au Maroc ou en Europe pendant que le peuple congolais est livré à son triste sort.


La vétusté du CHU de Brazzaville


Faute d'ascenseur depuis plusieurs mois, les malades ou les parents et amis doivent soudoyer le personnel du CHU pour être transportés d'un étage à un autre. Les revenus du pétrole servent à l'évacuation sanitaire vers les hôpitaux du Maghreb et de l'Europe du clan Sassou et de leur famille. Plusieurs services du CHU sont déficitaires en matériels et équipements. Au CHU, il n'y a pas que des ascenseurs qui sont en panne depuis des lustres. Aucune opération du cerveau ou du cœur, par exemple, n'est possible faute d'équipements. L'on ne peut pas pratiquer des hémodialyses. Les Congolais qui ont des problèmes de reins ne peuvent pas se faire dialyser à Brazzaville. En plus, cet hôpital n’a pas d'équipements qui peuvent permettre aux médecins de pratiquer des transplantations d'organe. Pire, certains jours, il manque de l'oxygène pour les interventions chirurgicales. Curieusement, la même personne est le directeur de cet hôpital depuis  plus d'une décennie. C’est ainsi qu’honore l’excellence au travail.

Le CHU de Brazzaville délabré, vieilli et tombé en désuétude n’émeut pas le clan Sassou, malgré la manne pétrolière. A tel point que le cimetière d’Itatolo est rempli et la mairie de Brazzaville s’est consenti à ouvrir un nouveau cimetière à Matari.

Au delà du CHU de Brazzaville, le Congo a besoin d’être doté de pôles sanitaires de référence dans l’ensemble du pays.


Une politique défaillante de santé publique


Après l’euphorie de l’annonce des mesures soi-disant révolutionnaires du fameux programme « chemin d’avenir » de Mr Sassou Nguesso,  les congolais découvrent tous les jours avec amertume l’étendue d’un gros mensonge savamment orchestré par les sbires du pouvoir pour endormir le peuple. Mr Sassou Nguesso avait fait une promesse pleine d'espoir aux Congolais que l'actuel CHU devait être cassé et à la place le gouvernement devait faire construire un nouveau CHU et un autre hôpital devait voir le jour à Kintélé. Mais hélas, les Congolais continueront à remplir les cimetières du pays et ne verront pas ces réalisations qui relèvent de l'utopie de compagne électorale de Sassou Nguesso.


Au Congo, du fait d'un système sanitaire défaillant, les Congolais continuent à mourir des maladies où ailleurs ce sont des cas bénins. Il faut souligner que les évacuations sanitaires  sont un casse-tête et relèvent d'un parcours du combattant pour ceux qui ne sont pas membres du clan Sassou.

Le ramassis de mesures sociales et économiques présentées comme étant la réponse à la crise sociale qui crucifie sans cesse le citoyen s’est révélé, comme l’avaient prédit plusieurs experts, non seulement inefficaces mais totalement injustes devant la situation sociale catastrophique des congolais. Ce constat, aujourd’hui, est devenue tellement évidente que les langues se délient, de plus en plus, sans aucune retenue. Hier, nous l’annoncions déjà ici dans nos colonnes (1) que le gouvernement congolais était défaillant et brille par une incompétence notoire lorsqu’il s’agit de faire preuve d’un réalisme social et économique en terme de réhabilitation et de construction d’infrastructures de base modernes de premières nécessités. Ce cri de cœur lancé dernièrement par la FONDATION EBINA (2) à propos de la dégradation du Centre Hospitalier et Universitaire de Brazzaville (CHU), a plongé plus d’un congolais dans un océan de désolation devant l’ampleur du désastre. Plusieurs de nos lecteurs ayant manifesté leur indignation nous pousse à soutenir cet appel lancé par la FONDATION EBINA : SAUVONS LE CHU.


« Devant la dégradation perpétuelle du tissu social de notre pays, il n’est plus acceptable de rester dans son coin et de détourner son regard devant la détresse de tout un peuple. Au lieu de faire de l’introspection en prétendant chercher la solution dans les politiques menées par des hommes et des femmes qui ont suffisamment montré leurs limites, nous proposons de ramener le débat sur des questions prioritaires » (3). Il s’agit aujourd’hui de tendre la main vers ce peuple que nous aimons tant, vers ce peuple qui crie sa douleur. Ce peuple martyrisé, laissé à l’abandon par le cynisme d’un clan qui lui impose des diktats contre le droit de tout simplement se faire soigner dans la dignité et espérer vivre le plus longtemps possible.

La mauvaise gestion du CHU mise en exergue par cette politique inadmissible menée par le gouvernement ne peut être tolérée encore plus longtemps.

Tout congolais, toute force politique prétendant améliorer la vie des gens doit dire si oui ou non elle sortira notre pays de ce pacte diabolique et en appellera aux peuples pour élaborer enfin un pacte social de progrès humain, écologique, avec une transformation en profondeur de son action sur la concrétisation des projets visant à l’amélioration de la vie sociale. C'est-à-dire se fixer des objectifs  sociaux, culturels, sanitaires et économiques permettant à un État d’assurer l’épanouissement de la société et le bien-être du peuple. Cela s’entend que tous les congolais épris de paix et de solidarité s’investissent dès maintenant dans le processus de recherche de solution adéquate pour sauver le CHU et de bâtir à Brazzaville et dans l’ensemble du pays des hôpitaux modernes.

De même, il incombe à chacun de nous de libérer sa part d’humanité et de tendre la main à notre peuple condamné à la souffrance perpétuelle en ayant un comportement ferme et digne . Notre silence ou encore notre résignation est un aveu d’échec qui condamne davantage notre peuple. Avant d’accuser qui que ce soit, commençons par s’interroger sur nos propres actes et notre propre implication.  C’est ainsi que nous avancerons ensemble vers une reconstruction d’une nation solidaire. Sans vouloir donner de leçons de morale à qui que ce soit, agir même par ces modestes écrits c’est apporter une contribution non négligeable. Construisons dès maintenant cette chaine de refus du délabrement du CHU et des infrastructures sanitaires du Congo.

Ouvrons notre cœur, donnons une leçon d’humanisme pour aider nos sœurs et frères. Dans un élan de solidarité soutenons cet appel de la Fondation Ebina. SAUVONS LE CHU.

 


Envoyer vos dons à l’adresse :

FONDATION EBINA

"L’Espoir d’une Génération"

Hôtel SAPHIR, 1 rue Piétonne Charles EBINA

B.P.: 1307 Brazzaville. République du Congo

Tél. : 00 242 055 381 272

Ou : http://www.fondationebina.com/accueil.html

---------------------------------------------------------------------

 

 

Jean-Claude BERI, www.dac-presse.com 

(1) La société congolaise en manque de vision collective. : www.dac-presse.com
(2) http://www.fondationebina.com/accueil.html
(3) Dix régions, une seule ambition : développer le Congo. : www.dac-presse.com

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).