Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

31 Jan

Sassou Nguesso à Lyon, Un affront à la démocratie congolaise

Publié par Berijc

L'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), dans le cadre de ses activités organise un forum international, les 8 et 9 février 2012 à Lyon, prélude à la Conférence des Nations Unies sur le Développement durable de 2012 (Rio + 20). Celui-ci se déroulera sous la présidence de M. Abdou DIOUF, Secrétaire général de la Francophonie et en présence de M. Sassou NGUESSO, Président de la République du Congo, M. Mahamadou ISSOUFOU, Président de la République du Niger, M. Alain JUPPE, Ministre des affaires étrangères et européennes, M. Jean-Pierre RAFFARIN, Représentant personnel du Président de la République française au Conseil Permanent de la Francophonie, M. Gérard COLLOMB, Maire de la ville de Lyon, et d'autres personnalités gouvernementales, régionales et locales françaises.  Voilà une belle manière de fouler aux pieds la misère, la souffrance, les obstacles à la démocratie et au développement que de remettre en selle un président dont le peuple a successivement désavoué.

L’ambiance frénétique qui s’abat en ce moment dans la ville est loin des questions de « L’économie verte dans le cadre du développement durable et de l'élimination de la pauvreté, - et - le cadre institutionnel du développement durable » dont c’est le thème central. A l’Approche des élections présidentielles en France, tout le lobby françafricain s’active pour redynamiser des relations « contre-nature », destinées juste à renflouer les poches des uns et à redonner du crédit international à d’autres. Mais pour les peuples africains, leurs souffrances sous des dictatures innommables sont balayées, l’instant d’un forum, pour faire place à la politique en mettant en avant ce qu’il a de plus désagréable et immoral.

Le peuple congolais n’a pas la mémoire courte, il s’en souvient que notre démocratie à été torturée dès le 5 juin, assassinée et enterrée le 15 octobre 1997 suite au coup d’État qui a ramené au pouvoir l’actuel Président, Denis Sassou Nguesso. Les vainqueurs de cette triste guerre ont transformé leur victoire militaire en une victoire politique en 2002. Mais cette victoire sur le peuple est continuellement contestée à l’occasion des échéances pseudo-démocratiques de 2002, 2007 et très récemment de 2009. Ce qui confirme que notre démocratie est bâillonnée par un parti qui tente d’imposer son hégémonie par des voies autre que démocratiques.

Comme en France, en 2012, sera au Congo-Brazzaville une année d’élection. Une année où la possibilité de redonner une transparence à la démocratie congolaise peut être envisagée. Vous,  les Messieurs de la Francophonie, nous mettons à votre disposition par cette présente correspondance les remarques ci-dessous.
Nous avons attiré l’attention du gouvernement sur les points d’échauffement qui minent la situation politique.  Il s’agit de :
Le recensement administratif spécial,
La commission électorale véritablement indépendante et à composition paritaire,
Le découpage électoral qui tient compte du poids démographique,
Le retour de tous les exilés,
et pour une concertation nationale et démocratique pour 2012
.

Ces dernières remarques ont été rejetées prouvant par la même occasion la volonté manifeste de bâillonner la démocratie. Les entraves aux droits et libertés individuels sont multiples et connues de toute la communauté internationale, fermer les yeux une nouvelle fois sur ces agissements n’honore point votre institution.

C’est pourquoi, nous affirmons avec force que cette démarche unitaire du gouvernement, non seulement est suicidaire mais  retarde également  l’entrée du Congo dans une période politique d’apaisement. Vous avez la possibilité d’être du côté des peuples ou des dictatures, c’est l’occasion de montrer votre attachement aux idéaux du développement, de paix et de démocratie que vous défendez.
Accueillir Denis Sassou Nguesso à la table d’honneur est tout simplement un affront que votre institution lance aux combattants pour  la démocratie et au peuple congolais. Vous faites là aussi une grave entorse à votre règle telle qu’elle est stipulée dans le chapitre « Pour la paix, la démocratie et les droits de l’Homme ». Vous pouvez changer l’histoire.

 

Jean-Claude BERI
Président du DAC
contact@dac-presse.com
www.dac-presse.com

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).