Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

22 May

PROJET INTERDICTION SACS PLASTIQUES : DEUXIEME POINT

Publié par Berijc

 

Pour limiter les impacts de la pollution et disposer d’un cadre de vie sain, L’association DEVELOPPER AUTREMENT LE CONGO a décidé d’initier l’interdiction des sacs et autres produits plastiques. L’initiative consiste  à proposer une loi réglementant la distribution et la commercialisation pure et simple des sachets plastiques et encourager une démarche de leur substitution par des modèles de sachets biodégradables qui seront rendus disponibles dans le cadre  de la loi.

 

 

Faisant ainsi  suite à notre premier point publié le 29 avril dernier nous revenons vers vous pour un second point tel qu’il a été souhaité par tous. Le projet contre l’interdiction des sacs et autres produits non biodégradable poursuit son combat pour une large sensibilisation des populations et des autorités. Notre équipe, après avoir contacté ; la mairie de Brazzaville, la mairie de Pointe-Noire, le Ministère du Développement Industriel et de la promotion du secteur Privé, le Ministère de l’environnement et  trois associations (qui souhaitent restées anonymes pour l’instant) s’est proposée dans les semaines à venir de rencontrer quelques députés qui ont manifestés un profond attachement à la protection de l’environnement et débattre avec nous sur la nécessité d’initier une loi interdisant l’expansion incontrôlée des sacs et autres produits plastiques polluant.


Faut-il le rappeler que  notre pays connaît un vrai problème de gestion des déchets plastiques et la pollution causée par ceux-ci est devenue un réel problème de salubrité publique. Avec l’introduction massive des sachets plastiques, les populations, particulièrement les ménagères n’utilisent presque plus  les emballages à base de matériaux biodégradables facilement absorbés par les sols. Il est facilement constatable aujourd’hui dans les commerces que tous les produits et articles achetés sont emballés dans des sachets plastiques qui sont rejetés dans la nature après usage très souvent unique. Chaque jour, ce sont les mêmes actes qui sont produits, favorisant ainsi une dispersion anarchique et excessive de ces déchets dans les rues, caniveaux, champs et sur les arbres. Comme nous l’avons fait remarquer dans le premier sur les dangers réels de laisser proliférer ces produits polluant sans aucune mesure de contrôles, nous souhaitions insister dans ce second point sur l’opportunité créatrice d’emploi que peut générer l’application de cette mesure.


Vous avez été nombreux à nous faire remarquer la nécessité de canaliser le phénomène récurent  observé dans la capitale montrant les jeunes enfants entrain de fouiller des poubelles, les déchetteries afin de récupérer tout objet en plastiques afin de le revendre. Bien que  notre association déplore cette situation  mais propose une concertation avec les autorités  en vue de rentabiliser les déchets plastiques. Au lieu de laisser ces enfant à l’exposition et au contact permanent des ces produits dangereux,  il serait souhaitable de créer  des centres  spécialisés dans le domaine du recyclage et de la transformation. On peut y créer des objets d’art à usage culturel, ou des objets à usage domestiques (paniers, éventails, sous plats…) Vous avez été une majorité à vous prononcer sur le bien fondé de cette idée. Toutefois certains d’entre vous nous ont fait remarquer que


« recycler les déchets plastiques et en faire une activité régénératrice de revenue aurait été une bonne chose si notre niveau de vie, de développement et de culture était tel que nous pouvions procéder d'abord à une méthode de trie en amont. C’est-à-dire au niveau de chaque foyer, catégoriser les déchets domestiques, disposé de 2 ou 3 poubelles (déchets biodégradables séparés des non biodégradables), évité de jeter les plastiques dans les rues, égouts et canalisation. .Au-delà de cet obstacle une volonté d’une large concertation s'impose. Fabriquer des objets utiles tels que corbeilles, cordes, paniers, pavés...etc. à partir de sachets plastiques recyclés, n'est ce pas déplacer le problème d'un point A à un point B. A mon humble avis ces nouveaux objets constitués toujours (malheureusement) de matière plastique (non biodégradable) finiront par s'user et atterriront à coup sûr dans nos caniveaux et sur nos tas d'immondices. Aussi l'incinération pour l'obtention de pavés ne contribue-t-elle pas à la pollution de notre aire si précieuse. Aussi il serait préférable pour ces personnes d’opter pour :  L’INTERDICTION SYSTEMATIQUE DE LA FABRICATION ET DE L'UTILLISATION DES SACHETS PLASTIQUES ». Ali BABA citoyen malien

 

 

Ce débat est très animé et suscite un engouement sans précédent au sein de la communauté congolaise de l’intérieur comme de l’extérieur. C’est tout à votre honneur d’agir pour la protection de votre cadre de vie et d’apporter votre contribution par ces réactions et votre implication. Vous êtes aujourd’hui 213 signataires qui souhaitent que l’initiative ne s’arrête pas au 30 juin 2010 mais aille jusqu’a la promulgation d’une loi. Aussi une campagne de sensibilisation a travers la distribution des prospectus d’information a été souhaité pour donner plus d’impact au projet qui souffre, malgré l’idée géniale, d’un déficit de communication sur le terrain ( Congo).

 

 

Jean-Claude  BERI

http://berijc.over-blog.com/

DAC : developperautrementlecongo@gmail.com

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).