Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

15 Oct

NON ! LES BRAZZAVILLOIS NE SONT PAS DUPES MONSIEUR LE MAIRE DE LA VILLE.

Publié par Berijc

 

REPONSES DES CITOYENS CONGOLAIS

A l’occasion d’une interview complaisante sur Télé-Congo sur l’an 130 de la ville de Brazzaville, Nous avions été effarés de vous entendre, Monsieur le Maire de la ville de Brazzaville, dire avec une certaine désinvolture que les Brazzavillois ne déposaient pas de suggestions dans les boîtes à idées installées devant les mairies d’arrondissements de la ville.

La théorie développée sur les trois marmites n’est qu’une pure insipidité du darwinisme social.  Comme le dit cet adage africain : « Un wagon ne peut avancer si la locomotive est en panne ».

Nous sommes perplexes, à croire que vous êtes amnésique, en omettant de pointer du doigt votre incompétence notoire en qualité de maire de la Ville. Incompétence qui fait de Brazzaville une ville impropre ; voir l’article : Brazzaville : ville impropre, la mairie et Pro-Brazza sont-ils les coupables ? (1)

Votre diversion ne peut allécher aucun citoyen de Brazzaville. Posez-vous juste la question de savoir quels ressentiments les citadins éprouvent au regard de vos actions et de votre bilan néfastes malgré un cabinet pléthorique de collaborateurs ? Quelle est la compétence et les attributions des personnes qui composent ce cabinet et dont le coût pour la collectivité est énorme et aux résultats plus que critiquables ? Avec un peu de bon sens, vous devriez logiquement comprendre les sentiments des Brazzavillois qui se mélangent. Il y a de la nostalgie, de la déception, de la colère mais surtout un sentiment  d’espoir de vouloir changer les choses à Brazzaville en s’abstenant de votre contribution médiocre.

De la nostalgie, lorsque les conseils municipaux ont perdu la pudeur républicaine dans l’art de débaptiser les artères de la ville faisant revivre le culte narcissique de la personnalité, replongeant ainsi le peuple dans les méandres d’un passé triste. De la déception lorsque le mot salubrité est escamoté.

Durant vos deux mandats, vous n’avez eu de cesse de mépriser les Brazzavillois. Ces derniers réclament un peu de transparence et la publication de votre rapport de gestion pour qu’ils sachent en toute connaissance de cause ce que vous faites avec les 20 880 784 775 F cfa de budget annuel 2010 de la ville. Pourquoi vous ne rendez pas public le rapport de la cour des comptes sur la gestion de la ville ?

 Il n’y a qu’à prendre quelques exemples :

Pourquoi  vous cachez aux Brazzavillois, les vrais chiffres de vos dépenses qui ne cessent d’exploser non pas pour financer des investissements nécessaires aux Brazzavillois mais cupidement pour financer des dépenses de fonctionnement superflues. Vous pénalisez de manière grave les futures générations Brazzavilloises. Avec une dette accrue et une augmentation forte des impôts, on aurait pu penser que cela allait profiter aux Brazzavillois. Bien au contraire, vous persistez, comme un vrai amateur à effectuer des dépenses de fonctionnement plutôt que de construire des équipements nouveaux. Vous encouragez l’augmentation des frais de communication, des télécommunications, des voyages et un nombre record de bulletins municipaux à votre gloire, des frais de bouche, l’utilisation de véhicules, d’essence ou de chauffeurs en dehors de tout cadre légal. On ne s’éternisera pas sur vos goûts immodérés des voitures de luxe.

Mais ce qui pèse, aux Brazzavillois surtout, comme nous venons de le préciser plus haut, c’est votre amateurisme qui fait perdre de l’argent aux contribuables : La société Pro-Brazza dont certains arrondissements et quartiers n’ont jamais vu un véhicule encore moins une benne facture à la ville de Brazzaville des sommes exorbitantes dont le service rendu reste encore à démontrer. En tout cas, les Brazzavillois attendent toujours l’embellie dont nous vantent les dirigeants de cette société. Les mairies de Ouenzé et de Talangaï sont obligées de curer les caniveaux en utilisant des outils rudimentaires qui contraste avec le budget de la ville de Brazzaville exposant les agents municipaux aux risques d’infections graves.

Lorsque l’on constate l’état d’insalubrité de la ville avec les sacs plastiques et les immondices qui s’accumulent dans les marchés et les quartiers, les problèmes de transport, les difficultés de circulation, les problèmes de sécurité, le manque d’eau et d’électricité, le tapage diurne et nocturne des bars et des églises, l’absence d’un service de voirie, l’absence de bibliothèque dans les arrondissements de la ville et on en passe… On se pose bien la question de savoir si réellement Brazzaville est gouvernée ? Le contraste est affligeant par rapport aux 20 880 784 775 F cfa de budget annuel  2010 de la ville et  vous osez prendre les Brazzavillois pour des parfaits aveugles incapables de toucher du doigt par eux-mêmes l’ampleur du désastre. Respectez vos concitoyens.

Revenons aux boîtes à idées installées devant les sept arrondissements de la ville. Nous nous permettons de vous traduire ici ce que vous n’osez pas admettre en feignant se cacher derrière les artifices politiciens mensongers.

Monsieur le Maire, voici ce que les Brazzavillois vous suggèrent :

  •  Adopter une politique d’organisation et de pilotage des services communaux en privilégiant les projets des quartiers périphériques dont il est nécessaire de renforcer les compétences des services municipaux dans le domaine de la maîtrise d’ouvrage communale.

 

 

  • Aménager le mobilier urbain qui est un problème épineux et maîtriser la gestion du foncier.

 

   

Harmonisation du plan cadastral et aménagement des quartiers.

 

 

  Interdiction de délivrer les permis d’occuper et de construire aux lotissements situés dans des zones inondables ou dangereuses.

 

  Mettre en place une politique de modernisation et de sécurisation des écoles.

 

  Construire des stades municipaux et des aires de jeux pour la pratique du sport et des loisirs.

 

  Améliorer l’éclairage public dans les quartiers et les marchés car son insuffisance constitue des nids d’insécurité aux conséquences dramatiques.

 

  Lutter contre la vente des aliments et des produits avariés. De même, il faut interdire la vente des médicaments dans les marchés et sur la voie publique.

 

  Combattre la multiplication des marchands ambulants.

 

  Transparence sur les taxes relevées quotidiennement dans les marchés de la ville afin de contribuer à leur modernisation.

 

  Réprimer les nuisances sonores, diurnes et nocturnes causées par les bars et les églises dites de « réveil ».

 

  Redynamiser le service de voirie, pallier au problème de ramassage et de tri des ordures.

 

  L’urgence de mettre en place un service de ramassage des déchets : valorisation de la collecte et tri sélectif (2).

 

  Mettre en place des solutions appropriées pour éradiquer le péril fécal dans la ville.

 

  Procéder au curage des caniveaux à ciel ouvert.

 

  Construire des égouts et des caniveaux dont l’absence est la cause des érosions et des inondations pendant les pluies.

 

  Pallier à l’insuffisance et à l’absence de nettoyage du désensablement dans toutes les communes. Il n’est point question de limiter le nettoyage à quelques rues du centre-ville.

 

  Eradiquer L’accumulation des épaves de véhicules sur la voie publique. La mairie doit choisir un site d’entreposage pour procéder à leur destruction puis leur immersion hors de la ville.

 

  Procéder au bitumage de nouvelles routes et à  la réfection des anciennes à fin d’améliorer la mobilité urbaine.

 

  Créer une société para-étatique de transport urbain.

 

  Rebâtir une ville verte ; une ville sans sable. Les rues des quartiers doivent être pavées (tel qu’il a été fait dans certaines rues de Ouenzé et de Moungali).

 

  Interdire la fabrication et la commercialisation des sacs plastiques non biodégradables (3).

 

  Accentuer le contrôle des chambres de passe et les soumettre au respect des règles d’hygiène et rendre obligatoire l’affichage des panneaux concernant les MST et le VIH-Sida dans toutes les chambres.

 

  Abattage des animaux errants dans la ville avec l’appui de la Police Nationale et la Gendarmerie. A défaut mettre en place un centre de rééducation canine pour animaux abandonnés.

 

  Interdiction de la publicité  du tabac et de l’alcool sur les lieux publics. Avertissement du public sur les paquets et les bouteilles sur l’abus de consommation. L’abus de l’alcool et le tabagisme peuvent être à l’origine de cancers, de troubles cardio-vasculaires et d’autres affections.

 

  Restrictions de fumer dans les lieux publics et les transports publics.

 

La liste des suggestions qui sont enfouies dans vos tiroirs est longue mais vous ne souhaitez pas les consulter pour les appliquer, préférant festoyer dans tous les coins à la mode de Brazzaville étalant votre richesse honteusement acquise au mépris de l’intérêt global des Brazzavillois.

 

Après deux mandats successifs, Nous ne pouvons qu’être sévères sur la manière dont s’est déroulée la vie politique à Brazzaville, sur la manière dont vous gérez cette ville. Et nous n’acceptons pas que vous venez cracher votre venin de l’insouciance, étaler votre incompétence comme un prix d’excellence.

 

Pour conclure, Nous ne vous ferons pas la cruauté de rappeler ici les promesses sur lesquelles vous avez été élu (nommé).  A ce dernier conseil, permettez-nous de résumer votre bilan par une seule expression :  

« Une mauvaise gestion dans une totale opacité ».

 

ASSOCIATION DAC

 

(1)  http://berijc.over-blog.com/article-brazzaville-ville-impropre-la-mairie-et-pro-brazza-sont-ils-les-coupables--42753244.html

(2)  http://berijc.over-blog.com/article-congo-brazzaville-la-problematique-actuelle-de-l-urbanisme-de-brazzaville-faut-il-construire-une-nouvelle-ville-44719419.html

(3)  http://berijc.over-blog.com/article-la-fin-des-sacs-plastiques-au-congo-brazzaville-c-est-du-domaine-du-possible-51587366.html

 

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).