Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

05 Nov

LE REVEIL DU PEUPLE PAR LA RUPTURE

Publié par BERI

"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple le plus sacré et le plus indispensable des devoirs"     ROBESPIERRE



********************************************************************************

Sous un calme apparent ou l’on voit le peuple congolais navigué à ses occupations de survie et de lutte contre la misère, on perçoit, en fait dans leur fort intérieur,  un même ferment social de femmes et d’hommes exigeant la justice avec une colère qui balaye toutes les prévisions. On peut lire sur leur visage plein d’amertume la phrase suivante «  Nous sommes le peuple et nous réclamons plus d’équité et de justice » Ce sont des hommes et des femmes en un mot des humains dont l’exigence s’élève a l’essentiel que le gouvernement actuel a usurpé de manière injuste et unilatéral : le droit de manger, d’avoir un toit, un emploi décent, se soigner, la liberté, l’éducation , bref le respect à la vie.

 

Le Congo-Brazzaville couve une vague possible de soulèvement social et économique encouragé par  le système actuel qui accroit les inégalités, favorise l’exclusion des talents au profit d’un clientélisme absurde et totalement incompétent. Il faut craindre que le réveil du peuple engendre des nouveaux monstres. C’est la responsabilité de nous tous congolais : intellectuels et sages, ouvriers et ménagères étudiants et chômeurs de s’atteler à y répondre de façon patriotique et surtout indéniablement unitaire. Personne ne le fera à notre place. Il suffit de regarder le spectacle triste de notre quotidien politique. Pendant que la justice française estime pour la clarté et le bon fonctionnement de la justice qu’il faille ouvrir une brèche pour permettre à l’ancien Président français de s’expliquer devant une cour de justice, cette même justice pour des intérêts égoïstes et totalement mercantiles, ignorant les souffrances des peuples d’Afrique centrale,  leur ferme la voie qui mène vers une simple demande de justice équitable. Comme quoi, dirait-on les milliards amassés par ces Présidents africains mises en cause ne seraient que le fruit d’une richesse accumulée d’un héritage séculaire de leur famille. Puisque l’on n’a du mal  à admettre l’évidence éclatante que ces fonds proviennent d’un système de  détournements organisés en bandes maffieuses au détriment des peuples  qu’ils sont censés gouverner.

 

Ce fait consommé d’un système ayant montré ses limites, en particulier au Congo-Brazzaville, et  ne pouvant garantir autre chose qu’une désintégration progressive de l’économie, de la société, de la culture,  caractérise la nature même urgente de la mobilisation sociale dont nous appelons de tous nos vœux. Cette mobilisation est aujourd’hui le fer de lance de notre combat pour un ordre nouveau au Congo. Ce combat s’organise par une autre vision de la politique, un autre regard sur la propriété collective. Car ce n’est pas telle ou telle autre injustice qui est forcément au centre du problème, mais toute une logique d’un ordre de domination par la peur, la privation de la liberté, financière qui détruit sans cesse le tissu social congolais. Peu à peu  le Congo plonge dans une pseudo-monarchie ou dont est diligenté non plus par un gouvernement mais plus par la volonté d’un seul homme qui décide de tout. La dernière trouvaille en date de ce groupuscule de responsables incompétents est de transposer à OYO, toute la gestion de la vie politico-économique du pays. Serait-on entrain de sacrifier BRAZZAVILE au profit d’OYO-VILLE ?  « Lettre du continent n° 574, Paris le 22 octobre 2009 » dans son article intitulé POURQUOI SASSOU S’EXILE A OYO  nous révèle ceci : …  « ….D’année en année, le président Denis SASSOU NGUESSO vit de plus en plus à Oyo, plus précisément à Edou, son village natal. Il échappe à la pression de
Brazzaville, la frondeuse. Ses proches (enfants et neveux), et même certains ministres désireux d’être proche du « chef » se sont fait construire des villas à Oyo qui devrait prochainement disposé d’un hôtel cinq étoiles, d’un grand gymnase de sports et d’un hôpital moderne de 300lits, construit par la chine. L’aéroport flambant neuf situé à la sortie d’Ollombo (35milliards FCFA de travaux), près d’Oyo accueille régulièrement de jour comme de nuit. D’énormes avions en provenance de chine ou de Dubaï. Cette stratégie de bunkerisation à Oyo a été mûrement réfléchie. Ainsi pour gérer le pays, le président ne veut il plus avoir affaire qu’aux quatre ministres d’Etat nommé dans le dernier gouvernement, qui ont d’ailleurs commencé à se neutraliser. Chacun est coordonateur d’un secteur : Isidore MVOUBA ( pôle des infrastructures) ; Pierre MOUSSA ( pôle économique) ; Aimé Emmanuel YOKA ( pôle de la souveraineté, dont la justice) ; et Florent TSIBA (Pôle socio culturel). Tous les autres ministres sont supposés s’adresser à Ces quatre grands frères pour leurs doléances au président, si ce dernier ne les contacte pas lui-même. D’où la grande déception de plusieurs ex - barons tel que Rodolphe ADADA qui est bien « ministre d’Etat » en charge de l’industrie et de la promotion du secteur privé mais n’est « coordonateur d’aucun pôle ». Il devrait s’adresser (gentiment) a son « frère ennemi » Pierre MOUSSA. On voit mal aussi le ministre de l’enseignement technique le « cobra » et homme de confiance de SASSOU, André OKOMBI SALISSA – qui a plus d’un tour de magie dans son sac – rendre compte à son « cousin ennemi » Florent TSIBA. Une grande famille, on vous dit
…… »

 

L’on ne s’y trompe pas ce gouvernement n’est là que pour servir le projet absurde et  injustifié de projet coûte que coûte d’un système totalement inadapté et  irréfléchi dans un seul but de satisfaire l’égocentrisme d’un clan.

Face à cela exigeons de nous même d’abord cette plus haute tenue intellectuelle et morale  par une vraie politique de RUPTURE avec cette vision politique  inacceptable. Nous devons modeler les nouvelles pistes d’un projet servant le bien commun et les générations à venir. La nôtre étant déjà sacrifiée.

 

Elargir l’horizon de nos réflexions est la porte de sortie de la petitesse et de la médiocrité des nos dirigeants actuels. Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve, pourvu que chaque congolais s’inspire du meilleur de l’autre, le meilleur de ce qu’il porte en lui, de regarder l’autre non plus en termes d’ethnie ou de région mais en terme de partenaire, d’associé dans un combat qui lie de façon irréversible. Mais refusons que l’on nous prêche chaque jour l’austérité pendant qu’ils pillent les caisses de l’Etat. Au nom de la solidarité congolaise c’est maintenant qu’il faut agir car demain ça sera peut-être trop tard. C’est le moment d’éveiller toutes les bonnes âmes, d’éclairer le peuple, de faire penser et d’agir.

 

Notre idée de RUPTURE, c’est d’accepter le principe du «  gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

Ce principe cher à notre constitution issue de la conférence Nationale de 1991 doit être rétabli pour limiter le pouvoir de fait d’un seul homme avec sa nomenklatura et ses réseaux.

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).