Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

17 Jun

Le Congo serait-il la proie des enfants du clan Sassou ?

Publié par Berijc

 

« Pendant que les autres candidats sont soumis à une réglementation budgétaire de campagne, les portes du Trésor publics sont grandement ouvertes pour les enfants du Clan » JCB

 

 

La couleur de la contestation n’est plus unique. Elle revêt de plus en plus un caractère multiforme et hétérogène. Les actes de représailles qui se multiplient actuellement indignent les congolais dont le ras le bol du pouvoir répressif se fait de plus en plus ressentir. Cette contestation s’est radicalisée depuis le 4 mars dernier où les gens ont découvert l’ampleur de la montée de l’insécurité qui cache bien une forme d’extrémisme coaché par un clan qui tente d’imposer son hégémonie par des voies autre que démocratiques. Même au sein du PCT, habituellement conditionné à approuver aveuglement les errements des membres du clan, les langues se délient et la fronde est de plus en plus perceptible.


Le festin des enfants du clan Sassou ou la déviance monarchique


 

Christel Sassou Nguesso

Claudia Sassou Nguesso

Les Congolais constatent que le pouvoir dictatorial et sanguinaire de Denis Sassou Nguesso commence à décliner vers une monarchie. Qui peut croire que Claudia Lemboumba Sassou NGuesso (futur député de Talangaï) ou Christel Sassou NGuesso (futur député d'Oyo) seraient les mieux placés pour incarner le renouveau démocratique au sein du PCT ? Pourtant il existerait bien au sein de ce parti des grandes valeurs intellectuelles et humaines qu’on étouffe, intimide pour taire leurs idéaux patriotiques afin de laisser libre court à cet espèce de dépravation politique dont les fils du clan sont devenus des maître en la matière. Le pays est dépecé entre les sœurs et frères qui s’érigeraient les mêmes prérogatives que le père. Non seulement c’est contre institutionnel mais c’est également un affront inacceptable à la démocratie congolaise. (1)


Aujourd’hui les congolais prennent conscience de l’expansion nuisible de cette domination clanique et surtout les violences qu’elles engendrent dans la société. La riposte se prépare et se met progressivement en place pour contrer cette montée obsessionnellement destructrice d’un pouvoir extrême. Ce qui est inquiétant, plus même déshumanisant, c’est que le clan exploite la misère du peuple pour obtenir des voix. Comme cette visite sur fond de propagande mensongère où Claudia SASSOU découvre, comme par hasard le dénuement le plus humiliant dans lequel les braves femmes de l’arrondissement 6 « Talangaï » vendent leurs produits. Il aurait fallu qu’elle soit propulsée, par une manipulation nauséabonde au sein du PCT, candidate à la députation dans cet arrondissement pour se rendre compte de l’inexistence des stands modernes et de l’étroitesse des rangées dans ce marché. A cela, il faut ajouter la cohabitation des déchets dangereux des denrées alimentaires et les populations. Voila un peu plus de dix ans qu’elle gravite autour de son père, s’érigeant des pouvoirs incontrôlés. Pourtant, elle est restée durant tout ce temps aveugle, insouciante, distante, irresponsable et surtout préférant les honneurs des musiciens à qui elle distribue gracieusement des millions pour chanter ses déboires. Les vendeuses des marchés « Maman Mboualé », « Petit-Chose », « Ngamakosso », « Ecole et Terrain », ont été consolées par la remise d’une enveloppe financière. Voilà une belle manière déshumanisante d’une population en la soumettant à une indescriptible misère et sortir demain comme le sauveur en distribuant des billets de banque en guise de programme de compagne. Quelle compagne électorale indécente et dégradante posture !!! Comme si au Congo, seul l’argent compte, la morale et l’exemplarité seraient inexistantes dans la conscience des congolais. (2)


Le règne du « m’as-tu vu » du clan Sassou


De même, certains vont jusqu'à penser que c’est normal que Claudia Lemboumba Sassou NGuesso construise des forages à 60 millions de FR CFA à Talangaï pour pallier à la pénurie d’eau dans cet arrondissement. Et que le reste de la population des arrondissements du pays qui n’ont pas un SASSOU comme candidat à la députation en soit privée. Comment les populations vont-ils apprécier ces candidats multimillionnaires, pour beaucoup les membres du clan, qui promettent vents et marées pour sortir le Congo de l’impasse du développement alors que les autres candidats parfois du même parti seraient incapables de proposer ne fusse que la construction des latrines modernes tant bien même que leurs projets seraient plus éloquents ? Confronté au déficit financier, ils sont perçus par les populations comme des agitateurs politiques. Comment on peut tolérer le conflit d’intérêt cruellement mis en évidence entre la candidate du PCT et présidente de l’Association Demain le Congo (ADC) Claudia Lemboumba Sassou NGuesso lorsqu’elle fait des dons ? Les populations de Talangaï profiteraient-elles de l’enchantement des dons et largesse dont l’origine est plus que douteuse de l’Association Demain le Congo (ADC) ou du programme du PCT ? Comme le témoignage ce compatriote habitant de Talangaï sous couvert d’anonymat : « 

 

Depuis 2000 nous vivons un grand calvaire dans ce quartier 68 (regroupant la zone de Petit Chose, Maman Mboualé et Ngamakosso), son cortège passait ici à vive allure sans prêter attention à nos souffrances, maintenant qu’on commence à critiquer leur pouvoir, la voilà qui vient donner des miettes après nous avoir abandonnés. Beaucoup de mes amis sont morts de misère, de manque de soin et d’insalubrité, pendant ce temps elle distribuait des millions aux musiciens d’en face…. Elle veux être député pour voler encore plus que son père… » (3) et (4)


Pendant que les autres candidats sont soumis à une réglementation budgétaire de campagne, les portes du Trésor publics sont grandement ouvertes pour les enfants du Clan. Où est l’esprit de parité dans cette mascarade, ce simulacre d’élection ou tout est mis en ordre pour plonger demain dans une situation irréversible le règne du Sassou. Les congolais passeront encore des heures de plus en plus sombres. On peut toujours agir et non subir.


Le pouvoir de Denis Sassou Nguesso est finissant, il faut lire les signes du temps. Face au déficit de l'autorité de l'état, Sassou Nguesso impose l'autoritarisme. Comme riposte à ce pouvoir mourant, le peuple congolais doit méthodiquement se lever et bien s'organiser, pour éviter le prolongement du règne du clan Sassou et absoudre les tares de ce pouvoir: La peur et la haine de l’autre, l’ethnocentrisme, la récompense de la médiocrité, les assassinats, les empoisonnements, les arrestations arbitraires pour cause d’opinion, la trahison, le culte de la personnalité et du gain facile, la corruption, l’obsolétisme du programme économique et social, la dépravation des mœurs, la pauvreté, le chômage exponentiel des jeunes, le manque d’intégrité et de patriotisme… (5)

Les congolais doivent bannir à jamais l’incurie incarnée par les membres du clan Sassou et refuser la spoliation de notre pays par la famille Sassou Nguesso. Le Congo ne doit pas être une monarchie sous la botte du Clan Sassou.


Jean-Claude BERI, Contact@dac-presse.com


(1) - Au non du père et du fils, le Congo nous appartient !

(2) - Les élections législatives de 2012 : l’obligation du juste choix

(3) - Le règne sulfureux des 4 amazones sur l'économie congolaise

(4) - Denis Sassou Nguesso : Son pouvoir affairiste crucifie et ruine les chances de développement du Congo

(5) - Congo-Brazzaville : L’illusion de l’homme providentiel

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).