Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

14 Dec

LA VRAIE VERTU DU « CHEMIN D’AVENIR »

Publié par BERI

 


(lire également: Congo-Brazzaville, un cadavre vivant : par Bedel Baouna : Akrik.com)

SASSOU NGUESSO nous avait promis un gouvernement des hommes intègres, des femmes et hommes de valeurs,  brillants par leurs intelligences et leur dévouement pour la reconstruction du pays, ce qui nous a été  servi est tout simplement un plat indigeste composé de multiples virus dont l’association ne peut-être que destructeur. La situation socio-économique déjà dans l’agonie permanente ne présage rien de bon avec le maintien aux mêmes postes gouvernementaux des hommes qui ont lamentablement failli dans leur devoir. 30 ans au poste de ministre. Les preuves de cette incompétence s’étalent au grand jour avec les proliférations des affaires toutes de corruption, de détournements, de passeports illégaux et d’assassinat maquillé (affaire du Beach de Brazzaville et recrudescence de criminalité…

 

Le pays s’enfonce dans la pauvreté chaque jour.

                       

Il ne s’agit pas ici de faire de la critique facile, histoire de vider sa panse pour plaire à certains, mais de pointer du doigt les multiples défaillances de ces  hommes en charge de la destinée du pays qui ternissent sans cesse l’image du Congo.  En réalité voici le vrai discours de Monsieur  SASSOU et sa bande.

 Le RMP  et moi (Sassou Nguesso), formons la nouvelle politique  vous aurez compris qu’à partir de maintenant nous exercerons le pouvoir jusqu’à ce que les réserves économiques se vident complètement. Nous accomplirons nos desseins même si nos enfants meurent de faim (pardon plutôt les enfants de tous ceux qui s’opposeront à nous.   Nous ne permettrons d’aucune façon que soit mis fin aux situations privilégiées et aux trafics d’influences.

     Comme nous assumons le pouvoir, nous ferons tout, avec les ruses de la vieille politique l’on puisse continuer à gouverner. Malgré cela, il y a encore des Con-golais stupides qui s’imaginent que la justice sociale sera le but de notre mandat. Nous assurons, sans l’ombre d’un doute, que les mafias continueront à faire partie du gouvernement comme par le passé. Nous démontrons que c’est une grande stupidité de croire que   l’honnêteté et la transparence sont fondamentales pour atteindre nos idéaux.  Parce qu’il y a quelque chose de certain pour nous,  nous ne lutterons pas contre la corruption. Seuls les Con-golais peuvent croire que mon gouvernement accomplit, tout ce que j’ai promis dans mon programme « le chemin de la potence ».


Pour distraire de nouveau les Con-golais, Sassou Nguesso n’avait-il pas dit à ses ministres de faire preuve de leurs compétences pendant 100 jours. Les 100 jours sont passés et aucun bilan n’a été fait. C’est la méthode Sassou. Sassou Nguesso a pris l’avion pour se rendre à Copenhague (Danemark) pour aller mendier alors qu’il n’a rien à proposer aux problématiques de réchauffement climatique. Alors que c’est Sassou Nguesso, lui-même qui autorise la déforestation du pays ; la pollution et l’insalubrité vont partie du quotidien du peuple, il n’y a pas d’égouts dans nos villes et les eaux usées sont directement déversées dans les rivières et fleuves. A Nkayi, la Suco reverse directement dans le fleuve les résidus chimiques. Résultat : rareté des poissons dans le fleuve, augmentation des maladies pulmonaires et des yeux. En aval, les populations riveraines consomment l’eau du fleuve sans aucun procédé de traitement ; A Pointe-Noire, l’environnement est pollué et dans certains quartiers les populations respirent les odeurs du gaz torché et du pétrole. A Brazzaville, l’air est pollué et l’insalubrité est notoire. L’absence des égouts conduit les populations à vider et à enterrer les matières fécales dans les rues ou pire les déversent dans les eaux de pluie. D’où propension des maladies hydriques.

 

Train-au-Congo
Par ailleurs, comment expliquer qu’un officier de la police congolaise puisse être au-dessus d’un ministre ? Son pseudo limogeage ne serait semble t-il qu’une mascarade pour tromper le peuple. Monsieur NDENGUET serait encore à son poste avec les mêmes prérogatives qu’il détenait auparavant.  Un ministre probablement désavoué et un officier irrespectueux reconduit. Voila la règle d’or qui régisse le clan SASSOU. Ne jamais laisser  tomber un membre du clan, peu importe la gravité de la faute commise.  Circuler il n’y a rien à  voir.

Quoi qu’il en soit, Le Général NDENGUET n’est pas à son premier coup d’essai. Auparavant, il avait ridiculisé le précédent ministre de l’intérieur et de la sécurité en désavouant publiquement la nomination de l’un des conseillers du ministre qui avait été promu directeur régional de la sécurité au Kouilou.

 

"En fait, la classe politique congolaise à la solde de M. SASSOU a épousé la méthode Coué. L’autosuggestion. "Le Congo va mieux", ressassent-ils. Une partie s’est abandonnée dans une litote de mauvais goût : le Congo ne se porte pas mal. En tout état de cause, les uns comme les autres s’embourbent sinon dans une oraison de  mauvais goût, du moins dans une cécité assez cétacée. Aucune perspective d’avenir, tout au plus de résurrection, ne se dessine au Congo. Un pessimisme optimiste ?" (1) 


Un ministre de l’énergie (Bruno ITOUA) qui promettait l’accessibilité de l’énergie pour tous d’ici à la fin de l’année ne prend même pas la peine de se justifier devant le peuple ? Pourquoi le ferais-je d’ailleurs « En politique faut donner ce qu’on a et promettre ce qu’on ne peut pas donner »   LOUIS XI ? 

 

insalubrit-.jpg
Pas d’eau, pas d’électricité. Sassou Nguesso n’avait-il pas dit aux Con-golais que la première turbine du barrage d’Imboulou devait produire de l’électricité avant fin d’année 2009 ?

 

Pourquoi s’en prendre aux libanais et ouest-africains englués dans les trafics de tout genre,  puisque nos dirigeants sont friands de belles voitures, des maisons à étages, aux toits en tuile dont ils se font construire par ces derniers en fermant les yeux sur toutes leurs magouilles.

 

"Qui se soucie du salaire d’un fonctionnaire moyen bloqué à 80.000 CFA (soit 121.96 euros) depuis 1985 qui aujourd’hui peine à joindre les deux bouts du mois ?

 

Les amateurs  attendaient beaucoup du fameux slogan « Chemins d’avenir » aux contours obscurs, chemin qui certainement ne sera jamais tracé. Les discussions sur l’annulation de la dette, une autre aberration ?  Comment  accepter d’annuler la dette d’un pays dont on sait parfaitement que le détournement financier  est le sport préféré de ces dirigeants ?

 

Quelle  morale en tirer au regard des pays comme le Cap-Vert, Botswana, Mali, etc, qui eux remboursent leur dette ?  Malgré les milliards amassés suite à la montée du prix du baril, les bénéfices du Congo sont toujours invisibles. Alors que les pays comme le Burkina et le Bénin constituaient chacun un trésor de plus de 400 millions de dollars de paiement. Qui peut penser que cela soit possible au Congo ? Au Congo-Brazzaville, les pseudo-gouvernants se pavanent dans Brazzaville, Pointe-Noire, Oyo " (1) …à l’affût du moindre petit bruit d’entrée financière pour s'y jeter comme des vrais rapaces devant une proie succulente.

 

Aujourd’hui à plus de 100 jours  de ce gouvernement, quelles leçons peut-on tirer de leur exercice !  Le message d’investiture de leur chef est-il suivi ? La réponse est d’autant plus plausible, qu’il sied de reconnaître que la médiocrité, au Congo, est érigée au rang d’excellence. Oser croire que le changement est à attendre de ces hommes et femmes est une illusion. La démonstration faite est assez parlante, NDENGUET est bien là malgré les multiples entorses à la loi et aux vertus, les détenteurs de faux passeports sont libres et narguent les Congolais dans leur pays, un lieutenant-colonel (MAKITA) est froidement assassiné à son domicile, rien de grave, le Congo va bien !  C’est bien là, la confirmation qu’au Congo le ridicule ne tue pas.

 

Le budget de l’année de 2010 a été adopté à la somme de 2814 milliards et 900 millions F CFA. Les vautours et les rapaces du Trésor Public sont aux aguets. Le décret devant annuler le blocage des effets financiers des fonctionnaires risque d’être repousser aux calendes grecques.

 

Sassou Nguesso et ses gouvernants vivent dans l’enrichissement et le luxe et les Con-golais vivent dans la paupérisation. C'est cela  la vraie vertu du "chemin d'avenir".

 

Jean-Claude BERI

  (1) article paru dans Afrik .com

 

Commenter cet article

dissertation 09/01/2010 11:05


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!


Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).