Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

15 Mar

La fronde des militaires des FAC monte

Publié par Berijc

Ce qui était inimaginable, insoupçonnable devient aujourd’hui une question envisageable même nécessaire pour la survie de l’armée congolaise. Ce 4 mars 2012, aurait marqué une nouvelle étape dans la prise de conscience des militaires congolais dans la gestion de leur métier.

Officiellement, il y aurait un peu plus de 200 morts recensés par les autorités de Brazzaville.

 

Le manque d’une éthique réelle de la gestion des FAC

 

Aux dires des soldats et officiers qui nous font parvenir des dizaines de témoignages, ces chiffres refléteraient les victimes civiles qui résidaient proches du lieu de l’épicentre de la tragédie. Parmi les victimes militaires, il y aurait environ 28 officiers d’encadrement, des techniciens de maintenance et plus de 500 jeunes recrues et soldats stagiaires qui seraient portés disparus. Le haut Commandement des FAC refuse de communiquer sur les pertes de nos compagnons d’armes. Les victimes militaires seraient-elles les laisser pour compte de cette erreur commise par des généreux véreux qui ont sacrifié des soldats sur l’autel de l’affairisme du pouvoir? Notre statut nous interdisant d’exprimer publiquement notre colère, votre espace est notre seul salut pour dire au peuple congolais notre indignation à l’endroit de notre chef suprême et de tout le haut Commandement militaires des FAC.


On nous a longtemps fait croire que notre « sécurité intérieure était menacée par des éléments réactionnaires à la paix nationale ». Il fallait préserver la sécurité en excluant une partie de notre propre population par des méthodes totalement sectaires dont les ordres venaient directement du haut Commandement. Les compagnons d’armes qui aujourd’hui pleurent les leurs sont surpris de voir que « les potentiels ennemis de la nation présentés comme tels » sont ceux là même qui nous ont accueilli à bras ouverts, hébergé et qui prennent de leur temps pour nous apporter une assistance digne des enfants d’une même nation, sur les sites où le haut commandement nous a parqué, comme des immigrants dans notre propre pays.


Une étude datant de fin 2009, élaborée par les experts militaires des FAC à la demande du Chef suprême des FAC fut transmise à ce dernier. Les conclusions de celle-ci stipulaient clairement le déplacement de la caserne des blindés et de la réserve dite « urgente » hors des zones urbaines. Un budget de 300 milliards a été débloqué pour engager les travaux qui devraient prendre fin courant 2011. Or depuis plus de trois ans une autre équipe des experts militaires des FAC effectuait de façons récurrentes des séjours en Chine, Malaisie, Russie, Cuba et Corée du Nord pour s’approvisionner en armes de guerres, munitions et autres engins de destructions massives. Ces armes de guerres, munitions et autres engins ont été, à notre grand étonnement, réacheminés et stockés dans la caserne en cause dans l’explosion du 04 mars 2012. Deux grosses aberrations qui mettent en porte à faux la chaîne de commandement des FAC.


Après les larmes de crocodile, Sassou Nguesso se fait livrer des armes par l’Angola


Non seulement nos officiers supérieurs, en l’occurrence quelques généraux et Colonels, dont les noms sont connus, ont détourné l’argent destiné au déplacement de l’actuel site mais surtout ont commis la grave erreur de stocker ces engins destructeurs sur un site vétuste dont la sécurité faisait gravement défaut.


Ces armes ont aujourd’hui tué nos frères et compagnons d’armes, la responsabilité incombe au Chef suprême des FAC qui a fait commettre à l’armée un grave dysfonctionnement ayant causé la mort de plusieurs centaines de nos frères d’armes. Le Chef suprême qui a dévoyé l’armée en la détournant de son objectif doit porter entière responsabilité aux yeux du peuple. Car les ennemis désignés n’étaient pas les vraies cibles de la république, le sectarisme régnant au sommet du commandement des FAC en opposant les congolais entre eux est une faute que nous, soldats de la nation, tout en assumant notre part de défaillance réclamons une justice digne.


Au moment où, nous essayons de concilier les congolais entre eux, le Chef suprême des FAC a ordonné une mission spéciale de ce même haut commandement défaillant d’aller s’approvisionner rapidement en arme de pointe chez nos frères angolais. Alors même que pendant qu’on estime les premières indemnisations des civils à hauteur de 3.000.000 millions, les victimes militaires sont ignorées. Les enfants et familles de certains généraux et officiers proches du pouvoir, victimes de l’explosion sont pris en charge et soignés dans les hôpitaux de Paris. Nos frères et compagnons d’armes sont abandonnés à leur triste sort, sans une reconnaissance militaire honorant leur sacrifice.


Dans cette guerre prévisible avec le haut commandement, nous soldats des FAC, comptons sur la confiance du peuple. Nous avons toujours obéi et suivi à la lettre les recommandations de notre haut Commandement, mais dès lors que celui-ci conduit à la désintégration de notre armée en portant atteinte à la vie de nos concitoyens, l’honneur exige que le NON, STOP soit notre seul mot d’ordre.


C’est ainsi que, nous soldats de la république :


. Réitérons notre engagement à préserver la paix et l’unité nationale,

. Exigeons un moratoire pour réorganiser le haut commandement des FAC,

. Exigeons la fin de la prédominance clanique du commandement de l’armée,

. Exigeons la mise en retraite militaire du chef suprême actuel jusqu'à la fin de son mandat,.

. Exigeons la mise en place d’un nouveau Commandement des FAC pour garantir la confiance de la troupe et du peuple,

. Exigeons la publication des noms de tous nos frères et compagnons d’armes tombés sur le site de Mpila,

. Demandons que soient alignés sur le même principe que ceux réservés aux civils les dédommagements des familles de tous les compagnons d’armes disparus.

. Réclamons une enquête impartiale pour établir la vérité et traduire devant une cour martiale les généraux responsable de cette odieuse tragédie.


Melh Mayanga

Propos recueillis à travers les témoignages de certains militaires du FAC

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).