Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

14 Dec

La faillite programmée d'un gouvernement (2)

Publié par Berijc

C’est la stratégie du désespoir .Pas même ses fidèles aboyeurs n’osent croire que ce énième remaniement gouvernemental va changer quelque chose d’efficace dans cette crise politico socio-économique qui menace d’emporter tout le pays.


Ces pantomimes que nous dénoncions depuis des années (1) se suivent alignant des décisions inutiles ou simplement inappropriées. Il en va ainsi du grand désespoir qui pointe sur les officines à la solde de SASSOU. La crainte d’un soulèvement populaire pousse Mr SASSOU a inventé des scénarios qui met en lumière les limites d’une politique désastreuse. La proposition d’une concertation dont les contours sont déjà fixés est tout simplement irrecevable. Ni encore moins du choix du lien totalement inapproprié et piégeur.

 

Ministre R. Bruno ITOUA

Dernièrement, le limogeage de Richard Bruno ITOUA au poste très convoité de ministre de l’énergie, malgré l’intervention de sa fille de conseillère en communication, met fin à une hypocrisie politique indécente. Il y a belle lurette que ce dernier aurait déjà dû être muté ailleurs. Celui qui se faisait passer pour le plus « érudit » du gouvernement s’est avéré n’être qu’un manager inhumain au sang froid prônant des méthodes staliniennes de management et surtout aux idées farfelues et complètement irréalisables. Son idée « ingénieuse » de vouloir privatiser et scinder la SNE en quatre branches distinctes a mis le foudre aux poudres provoquant un grand mécontentement des salariés. Sans concertation ni consultation de ces derniers, Bruno ITOUA, imbue de sa personne, dépourvu d’habilité et d’humilité a voulu imposé de force une conception de management à la poutine, pire un diktat que les salariés rejetaient depuis des mois. Ces mesures de barbouzardes destinées à scinder la SNE en quatre sociétés privées ne sont qu’une autre manière de dépecer cette entreprise publique pour la livrer en morceaux aux entreprises étrangères dont d’après certaines sources plusieurs membres du clan SASSOU seraient déjà des potentiels actionnaires. Mais R.B. ITOUA serait-il le seul à faillir dans ce gouvernement en déroute ?


Pendant que dans d’autres cieux, on privilégie le retour du patriotisme industriel, de la reconnaissance du savoir national, de la revalorisation des salariés, au Congo, on prône le mépris des travailleurs. La menace de grève des travailleurs de la SNE qui pointait à l’horizon a fait craindre de faire basculer le pays dans une multitude de revendication (Mais ce ne serait qu’une partie remise). Il est actuellement perceptible que la tension monte chaque jour auprès des autorités congolaises qui cherchent à tout prix d’éviter de réveiller des situations explosives dont elles savent bien qu’elles ne pourront les contenir indéfiniment. Le cas de Bruno ITOUA n’est que la face cachée de tout un système en perdition et dont le chef est dépassé lié par des alliances suspectes, mafieuses, maçonnique, et familiales qui l’empêche de sévir. Comme nous l’avons déjà fait remarquer ici dans nos colonnes que le peuple congolais ne méritait pas d’être « …traité, comme un troupeau de moutons débiles par M. Richard ITOUA (Ministre de l’énergie) qui s’érige en sauveur social en déclarant que son ministère a investit plus de 1000 milliards de F CFA  pour améliorer les conditions énergétiques des congolais. Il aurait fallu qu’on lui décerne une palme d’or pour son dévouement. Ben voyons !  Pourquoi ne pas baptiser une route ou une avenue de Brazzaville à son nom ! Faut-il encore le démontrer que la ville de Brazzaville n’est plus encore victime des délestages intempestifs? En ce qui concerne les Congolais, l’accessibilité à l’eau potable doit être une priorité inaliénable. Son ministère a-t-il pris un décret dans ce sens ? Les arrondissements de Brazzaville sont-ils tous irrigués en eau potable ? Combien de source d’eau potable a-t-il installé dans les communes non desservies de réseau d’irrigation d’eau ? Nous a-t-il expliqué  par quel gouffre est passé les fameux 1000 milliards pompeusement annoncés ? Son train de vie, n’est-il que le reflet de son substantiel salaire de ministre ? Un peu de décence pour les congolais. De nombreux exemples sont palpables » (1)

Les exemples d’incompétences de ces ministres n’en manquent guère.

 

Que dire du Ministre de la santé dont le ministère est plongé depuis des années dans une série d’accusation graves de mauvais traitement des congolais se présentant au CHU. C’est devenu non pas un hôpital mais un mouroir à ciel ouvert. Le délabrement des infrastructures sanitaires aggravant ainsi la contamination et parfois le décès de certains citoyens. Pourquoi est-il maintenu à son poste ?

 

Ministre Georges Moyen

 

 

 

Le ministre du commerce et de l’approvisionnement qui reste de marbre devant la montée des prix des denrées de premières nécessités. (2) Ce même ministère est accusé de ne pas appliquer le décret n°2011-485 du 20 juillet 2011 interdisant la vente et l’importation des sacs plastiques. Cette mesure est rangée dans les tiroirs au grand dam des populations qui continuent à cohabiter et s’intoxiquer avec des immondices et autres déchets polluants. (3)

 

 

 

Ministre Claudine MUNARI

 

 

Que dire de la recrudescence des vols à main armée dont Brazzaville est devenu le théâtre des scènes à la hollywoodienne. Ces situations traumatisantes augmentent l’anxiété des populations qui vivent aujourd’hui avec la crainte d’être la prochaine victime. Pourtant le premier policier de Brazzaville n’est point inquiété. Pire encore il augmente son activité affairiste en encourageant ses actes odieux. Pourquoi s’en faire le pays serait semble t-il bien sécurisé ?

 

Ministre Jean-Claude NGAKOSSO

Le ministre de la culture dont le bilan est scandaleusement entaché par l’implantation des monuments dite de la culture au montant étourdissant de plus 580 millions, n’a jamais imagé que la culture c’est aussi la construction des bibliothèques dans les quartiers , des centres de loisirs et d’apprentissages, des maisons de la solidarité , des centres d’acquisition de nouvelles technologies, des maisons de la musique et de la danse des quartiers. Ce professeur, jadis, de la Faculté des lettres, brillant qui prônait la liberté de la presse dans ses cours est aujourd’hui au service d’une dictature qui muselle la presse. Qu’a cela ne tienne le bon filon de la FESPAM qui lui permet de s’enrichir au détriment du peuple congolais est un bon argument pour demeurer ministre à vie. Surtout que les recettes de cette organisation panafricaine alimentent les caisses du PCT.


Peut-on être fier aujourd’hui de vivre à Brazzaville ? Cette belle ville qui autrefois était une ville gaie, accueillante, et ambitieuse est devenue aujourd’hui le repère des bandits, des voleurs. Une ville à la merci des étrangers qui imposent la loi. De la vente des produits non contrôlés par ces vendeurs ambulants qui pullulent a Brazzaville, La mauvaise gestion des taxes municipales des marchés, Le tripatouillage de l’assainissement de la ville de Brazzaville, notre ville est tombée si bas, victime des choix pervers d’un maire incompétents. (4).

 


 

Ministre Pierre MABIALA

De même les actions sur-médiatisées du ministre des affaires foncières du domaine public n’émeuvent que ceux qui veulent y voir un semblant de sursaut patriotique. Le parcours atypique de cet homme est loin d’en faire un homme d’état digne et respectable. Il réquisitionne des zones soi disant marécageuses mais pourtant que l’on s’apprête l’instant après a revendre au plus offrant, disant le clairement au homme du pouvoir. On prétend combattre l’anarchie régnant dans le domaine foncier mais il s’est octroyé des domaines dans la région du Niari, du Kouilou. Pour nous, ce ministère doit s’atteler a résoudre l’épineux problème des prix exorbitant des terrains au Congo. Son laxiste augmente les souffrances des populations qui de plus en plus se retrouvent dans l’impossibilité d’acquérir un terrain. Sous quelles bases ses prix sont fixés ? Il y a tant des choses à dire sur le sujet, nous laissons le soin aux congolais d’en faire leur propre opinion a travers ces quelques repères.


Les médias pro –gouvernementales passent leurs temps à nous casser les oreilles avec des slogans qui ne signifient plus rien aujourd’hui alors que toutes les institutions publiques et para-publiques sont en  faillite: le système de santé congolais est inexistant l’éducation est en faillite, le réseau routier est en faillite, la culture est déficitaire, tout ce qui a trait au gouvernement congolais est dans le trou financier. Nous mettons en lumière depuis des mois les lacunes de chaque ministère mais surtout montrer qu’il est aussi possible de relever le défi de l’avenir. Toute possibilité d’aller de l’avant, dans le sens de l’accomplissement des changements qui permettraient à notre pays de s’inscrire irréversiblement dans la perspective du développement, nous semble donc conditionnée, aujourd’hui, par l’aptitude des citoyens congolais à surmonter ce fléau qui sévit actuellement dans toutes les couches sociales : La corruption et la poursuite des privilèges et du gain facile.


 

A SUIVRE …..


 

Jean-Claude  BERI:


www.dac-presse.com

...............................................................................

 

http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/politique/393-la-faillite-programmee-dun-gouvernement.html

http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/societe/162-congo-brazzaville-la-ministre-du-commerce-joue-t-elle-avec-le-feu-.html

http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/environnement/585-la-gestion-du-dossier-l-interdiction-sacs-plastiques-r-madame-munari-dans-limpasse.html

http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/societe/232-brazzaville-victime-des-choix-pervers-de-son-maire.html

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).