Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

31 Oct

L’organisation des états généraux de l’opposition ou de la nation ?

Publié par Berijc

 

Le Congo-Brazzaville traverse une grave crise politique qui met  en danger ses institutions. L’opposition dénonce cet état de fait en appelant à l’organisation des états généraux de la nation.

Plusieurs partis se sont rassemblés autour de cet appel qu’ils considèrent comme l’appel de la dernière chance. L’UPADS, UPRN, UDR, PSDC, RAPCO, MVC, CAR, PSRD, RDR, CNDD, PPC et MM sont les partis signataires (à ce jour) de cet appel qui suscite un engouement particulier au sein de la société congolaise. A Paris, Mathias DZON en a fait l’écho de la meilleure façon qu’il soit, même si les avis divergent. Seulement, il semblerait que cela ne soit pas de l’avis d’une partie de l’opposition qui eux souhaitent avant tout qu’on fasse le bilan de l’opposition. Une sorte d’états généraux de l’opposition.

 

Doit aller aux états généraux de la nation en sachant que cette opposition a des divergences sur lesquels reposent un certain nombre de problématique à régler en amont ? Ou prendre le risque d’y aller en sachant qu’on ne sera pas d’accord sur l’essentiel ? Voila le dilemme qui est posé et qui mériterait qu’on s’y attarde pour clarifier le fond du débat. Qu’est ce qui en jeu, l’opposition ou la nation ?


Pour les tenants de l’organisation des états généraux de l’opposition, le problème est dans l'essence même de leur opposition. On a connu des échecs en 2002, 2009, 2012 parce que nous n’avons jamais réussi à s’asseoir pour avoir une ligne commune. Les uns privilégiant les aspects qualitatifs ou l’on éliminerait en amont les causes réelles de la défaillance d’une opposition « rassemblée ». On a laissé trop perdurer l’impunité, la gabegie, la corruption, etc. qu’il est difficile d’aller de l’avant sans que cela ne soit débattu.  A côté de ça , il y a eu des principes d’équité et de respect qui n'ont été respecté.  Trop souvent nous avons eu ces appels mais qui n'ont jamais abouti ou qui ont été vidé de leur sens  par eux-là même qui appel aux états généraux. En son sein on y retrouve des leaders dont le passé politique n'inspireraient plus confiance .


Les leaders politiques du moment doivent faire peaux neuves, ou s’amender sincèrement pour rétablir un pacte véritablement de confiance entre le peuple et eux. Comme on le voit ces doléances  se conçoivent et auraient parfaitement leur place dans la stratégie à avenir. D’où l’appel de cette réorganisation de cette opposition avant les états généraux de la nation.


Toutefois, nous savons que nous avons une opposition plurielle dont les points de vue ne seront certainement pas identiques dans un débat digne « des états généraux ». Les philosophies de chaque parti étant contraire aux autres, il serait impossible d’envisager un rassemblement, mais plutôt un consensus. Un consensus dans laquelle chacun devrait privilégier l’essentiel : la nation.


Aujourd’hui notre nation est salie, humiliée, bafouée qu’il faut faire appel à un sursaut républicain, non seulement pour réunir toutes les filles et tous les fils du pays, mais aussi pour la sortir de cet enfermement clanique dans laquelle elle est plongée. Les démocrates sont aujourd’hui aux côtés du peuple congolais pour les appeler à l’unité, à la solidarité et à la résistance face à cette hégémonie clanique qui déstructure la société congolaise. Toutes les forces républicaines doivent comprendre que c’est l’essentiel qui est en jeu, c’est à dire l’avenir du CONGO.


Il serait toujours temps de revenir sur l’organisation de chaque structure, d’affuté nos armes pour le débat démocratique. Il serait toujours temps dire ce qui a été déstructurée, fissuré ou encore d’en designer les responsabilités.


Le peuple n’a pas vraiment besoin de voir que l’on s’entredéchire pour une définition de concepts alors qu’elle attend qu’on le libère. Le peuple n’a pas besoin de voir nos jérémiades de collégiens se targuant de donner les leçons à tout le monde. Le peuple n’a pas besoin de ressasser à chaque fois le passé. Il a besoin d’avancer vers la construction de la nation pour que demain les pleurs actuels cessent.


De ces états généraux de la nation naîtra l’espoir de construire la nation dans un processus d’unité excluant les affrontements entre opposition. Dans cette quête de l’unité, nous œuvrons par avance que chaque citoyen soit respecté dans son parcours et par son talent, dans sa liberté de penser et de juger afin que toutes les sensibilités nationales trouvent leur place dans le paysage politique congolais


Comme nous l’avons dit ici, aucun de nous n’est aussi propre, aussi pur, aussi parfait pour jeter la pierre sur un membre de l'opposition qui manifesterait la volonté d’aller vers un consensus. « Car la politique est une somme d’erreur qu’on amende. Nous faisons tous des erreurs, parce que notre quotidien n'est pas livré avec un mode d'emploi comme s’il s’agissait d’un logiciel formaté suivant une trajectoire linéaire. »

Il ne s’agit pas ici d’occulter les méfaits commis par un parti qui aurait par le passé conduit le pays au désastre. Mais de rassembler les filles et fils du pays pour qu’ensemble nous combattions le mal.

 

Jean-Claude BERI

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).