Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

25 May

Congo-Brazzaville : L’illusion de l’homme providentiel

Publié par Berijc

« Denis Sassou Nguesso et les membres de son clan ont réussi à faire du Congo, un pays pauvre très endetté. La corruption, la captation des ressources publiques par les thuriféraires de ce clan au pouvoir ont atteint un seuil jamais égalé tandis que l’écrasante majorité de la population vit dans une pauvreté affligeante (…)

Ils ont fait en sorte que le Congo soit de plus en plus inégalitaire, le chômage, le système éducatif et d’autres problèmes économiques et sociaux ne font qu’empirer. » JCB


De plus en plus de congolais de tous bords et tous horizons à travers les quatre coins du monde s’accordent aujourd’hui sur un point essentiel : Le Congo a besoin d’un changement. Cette aspiration qui n’était hier que le combat de quelques démocrates congolais, injustement qualifié par certains opposants aigris et revanchards, devient aujourd’hui le combat de tous les congolais.


Le changement, c’est maintenant !


Denis Sassou Nguesso et les membres de son clan ont réussi à faire du Congo, un pays pauvre très endetté. La corruption, la captation des ressources publiques par les thuriféraires de ce clan au pouvoir ont atteint un seuil jamais égalé tandis que l’écrasante majorité de la population vit dans une pauvreté affligeante (…) Ils ont fait en sorte que le Congo soit de plus en plus inégalitaire, le chômage, le système éducatif et d’autres problèmes économiques et sociaux ne font qu’empirer.

Sassou Nguesso et son clan sont des marchands d’illusions, créateurs de bonheur factice à travers leurs slogans « la nouvelle espérance », « le chemin d’avenir » qui sont des chimères.

Les qualificatifs fussent pour désigner aujourd’hui cette lutte qui se dessine pour restaurer la démocratie. Le combat républicain pour ceux qui pensent que la république est en danger, le combat patriotique pour ceux qui militent pour une patrie digne et solidaire, le combat démocratique pour ceux qui défendent les valeurs démocratiques mises à mal par le système politique actuel, le combat humanitaire pour les défenseurs des droits de l’homme, des désœuvrés, les laisser pour compte par une politique inégalitaire et avilissante, le combat pour les valeurs pour ceux qui militent contre la dépravation des mœurs et de la culture congolaise….


Comme on peut le constater, rien n’est aujourd’hui épargné pour designer le mal profond qui secoue la société congolaise et accentué par la catastrophe du 4 Mars 2012. Tout le monde s’accorde pour dénoncer d’une seule voix : Le Congo va mal et il faut que ça change. Au delà de cet élan solidaire et unitaire il subsiste une interrogation sur laquelle les divergences se dessinent. Les congolais rejettent en grande majorité toute la classe politique défaillante, sclérosée, manipulatrice qui durant des années a fait le lit du système clanique gangréné par la corruption et la mafia organisée se posent la question de savoir qui pourrait porter le flambeau de la libération du pays du joug clanique et faire renaître l’espoir de croire en l’avenir ?


Ayant perçu le danger qui se profile, les enfants du clan SASSOU se mobilisent pour tenter de reprendre la main sur un pouvoir qui de plus en plus est rejeté et vilipendé. Les opérations de séduction menées tambours battants à travers les villes d’Europe et d’Amérique par STELLA, CLAUDIA, CENDRINE, KIKI, JOJO, ANDREA, EDGAR, WILLY… pour offrir leurs services afin d’acheminer, à leurs frais, vers Brazzaville des tonnes de produits de première nécessité collectés par la communauté congolaise et les amis du Congo de l’étranger. Faut-il s’en offusquer ? Pas du tout car c’est l’argent du Congo qui est utilisé pour rendre service aux congolais dans le besoin. Mais là où le bât blesse c’est que plusieurs de ces dons sont détournés sur place à des fins de propagande et de marchandage politiques.

L’objectif de ces opérations ne peut échapper aux congolais avertis de ces manipulations inhumaines de ces filles et fils. Certainement c’est un héritage génétique comme le souligne cet adage bien gaulois : «les chiens ne font pas les chats»


L’heure est au vote audacieux


L’enjeu du moment est perceptible par tous même par ces enfants du clan qui, malgré les multiples suspicions de fraudes, de détournements de fonds, d’enrichissement illicite, de délits d’initié, de biens mal-acquis… se projettent dans le futur pour devenir demain des califes à la place du calife. Eux aussi vous parlent du changement, du développement et mènent des campagnes sourdines mais dangereuses à travers leurs associations respectives et claniques afin de redorer leur blason terni par la mauvaise gouvernance « claniquement » collégiale.

La servilité à l’égard du clan ne constitue en aucune manière un gage absolu de pérennité. Cette vision est simplement la marque d’une aberration mentale absolue, un acte de dévoiement suicidaire du régime clanique en fin de vie. Car la cécité politique a un prix celui du naufrage collectif. Le peuple congolais sera-t-il de nouveau dupe pour se laisser berner par les sirènes des francs Cfa qui retentissent dans un bruit assourdissant et destructeur ?

L’heure est venue de faire le choix de l’avenir en rejetant tous ceux qui ont contribué à la détérioration de la société congolaise. La situation n’est non seulement pas grave, c’est un désastre. La légèreté d’un chef d’Etat dans la gestion de la sécurité des populations a causé officiellement 389 morts, mais tous les congolais savent que nous avons perdu de milliers de nos frères et sœurs, l’enquête était confiée à une commission clanique majoritairement désavouée. Les conclusions récemment publiées par le détective canadien (1) humilient non seulement une armée mais un chef d’Etat qui continue à s’obstiner de maintenir en prison des innocents. Comme le ridicule ne tue pas, on veut nous faire avaler de force la couleuvre indigeste que l’homme providentiel du changement ne pourrait provenir que du clan des enfants qui ont lamentablement échoué.


« Quel choix reste-t-il aux Congolais ? Les Congolais doivent débusquer l’homme providentiel qui va comprendre et se prononcer sur les vrais choix économiques auxquels le Congo doit faire face. »

Il faut bien plus qu’un seul homme pour qu’un pays construise son avenir. Il faut une vision commune, il faut des valeurs, il faut des débats permanents et constants. Il faut du travail collectif. Il faut des partis politiques ouverts, vivants, organisés qui animent le débat. C’est ce message étonnamment plein de bons sens qu’à véhiculer le Président de la fondation EBINA lors de son passage à Lyon le 23 mai 2012. C’est une interpellation à la jeunesse de ne pas céder à la politique de la personnalisation du pouvoir. En chacun de nous siège un MANDELA, un GANDHI, un MARTIN LUTHER KING….. Il faut réveiller l’âme du militantisme qui sommeille en nous pour en faire une arme de revendication et de réappropriation de nos droits bafoués. L’idée d’une attente constante devenant même obsessionnelle de l’homme providentiel qui viendrait à lui tout seul sauver le pays est une illusion. Dans cette difficile situation, n’y a-t-il aucun remède ?

Bien sûr pour ne pas céder aux marchands d’illusions, les Congolais doivent être pertinents, héroïques et s’autoriser « un vote audacieux » en 2012 et 2016. C’est un rendez-vous avec l’histoire. S’ils se défaussent, ils auront non seulement balayer plusieurs décennies de luttes et de conquêtes démocratiques, mais aussi rater l’occasion de s’offrir de meilleures perspectives d’avenir. Le Congo doit irrémédiablement tourner la page du régime dictatorial et clanique de Denis Sassou Nguesso dont le peuple congolais ne veut plus.


Jean-Claude BERI, Contact@dac-presse.com

 

(1)- http://www.dac-presse.com/commissions/environnement/911-congointerrogatoirependant-dix-jours-jacques-landry-a-interroge-avec-succes-les-suspects-dune-explosion-mortelle.html#addcomments

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).