Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

01 Nov

Combattre la dictature par l’autogestion de l’information sur internet

Publié par Berijc

La société congolaise craque sous toutes les coutures. Le système Sassouiste enfonce le peuple dans une misère indescriptible.

Les ténors de ce système sème partout ou ils passent chômage, précarité et suspicion. En quatorze ans,  les effectifs du chômage des jeunes de moins de 40 ans sont très alarmants. Pour nous et pour  l’avenir des générations futures, il est de notre  devoir de dénoncer cette spirale de descente en enfer de la jeunesse congolaise. La conscientisation par l’information sur Internet est notre atout le plus démocratique qui soit pour éclairer nos concitoyens des pratiques irresponsables  de nos dirigeants.

Devant la montée de la censure sournoise qui sévit au Congo-Brazzaville obligeant les journalistes à subir des pressions quotidiennes pour n’avoir commis qu’une seule faute c’est celle de vouloir donner une information juste, impartiale et crédible est une atteinte que nous ne pouvons tolérée ni encouragée. Bien que nous saluions ici le courage de toute cette  presse qui lutte à l’intérieur face aux menaces du système, nous avons le devoir de relayer cet engouement pour une information libre par les moyens des réseaux sociaux et autres opportunités que nous offre l’internet.

Avec l’internet, nous nous forgeons une conscience collective débarrassée des informations saupoudrées,  diligentées  dans un sens, complètement tronquées dans le seul but de maquillée la vérité et de corrompre le peuple. Avec l’Internet, nous avons la possibilité de débattre librement en avançons des pistes exploitables pour refonder notre nation engluée dans la poursuite des valeurs rétrogrades. Chaque congolais peut donner son avis sur l’idée de rebâtir une nouvelle constitution, de définir les priorités en ce qui concerne l’emploi des jeunes. Notre dégout pour les politiciens actuels inspire audace et imagination de notre part. A l’instar des « indignés d’Europe »  nous ne pouvons plus nous permettre de donner carte blanche à un clan qui manipule et détériore l’information pour des fins électoralistes et de conservations de pouvoir. A l’heure d’Internet, la parole fait le tour du monde à la vitesse d’un clic.  Ce qui  mobilise autant de personne comme dans une manifestation ou les  militants  seraient en première ligne.  Cet  outil de  « l'âge de l'information qui rend les individus capables et réduit la nécessité d'un gouvernement autoritaire et étendu. Le défavorisé peut accéder à un monde entreprenant et non réglementé et y trouver des opportunités... Hélas, c'est une grande menace pour les gens au pouvoir qui se fiaient aux relais de l'information pour garantir leurs positions. C'est ici bel et bien de la liberté d’expression qu'il s'agit. » (Wayne Langsen, "Le Raid contre le Liberté de Parole", Editorial du Boulder Weekly, 24.8.95)

 


Face à cette puissance incontrôlable, le  pouvoir Brazzaville semble être désarmé. Les moindres petites informations publiées sur Internet sont scrutées, disséquées pour contrôle son impact sur les populations. Une structure de la DST chargée de censurer les blogueurs ne lésine pas sur les moyens de pressions à chaque internaute dont la diffusion des informations sur la toile serait considérée par le pouvoir comme dérangeante.  D’où la lenteur de la mise en œuvre de la vulgarisation de l’Internet au Congo-Brazzaville.


Ce qui est  aberrant pour ce pouvoir vieillissant et en perte de vitesse  c’est qu’il croit toujours arriver à imposer sa domination face a cette révolution  planétaire de l’information. . « Castro a passé des années à préparer sa révolution dans les campagnes cubaines, s'étonnait ainsi Roger Cohen, un célèbre journaliste américain dans une chronique du New-York Times le 24 janvier. Facebook a propulsé l’insurrection depuis l'intérieur du pays jusqu’à la capitale tunisienne en 28 jours.  Un tout petit mois pour faire fuir un autocrate au pouvoir depuis 32 ans »


Tout porte à croire que le développement inévitable de réseaux indépendants, en particulier dans la téléphonie mobile, rend dérisoire l'idée de pouvoir de contrôler durablement la liberté d'expression. La tentative de recensement des abonnés mobiles réalisée au Congo pour filtrer les informations de façon illégale est vouée à l’échec. De même en quelques heures  tout Brazzaville était au courant de l’information  publiée par « La Lettre du Continent » (20/10) que Madame  Amélie Saboga, épouse de Gilbert Ondongo ministre des Finances du Congo, a été interpellé le 1er octobre à l’aéroport de Roissy (Paris) « avec des valises d’argent liquide ». Pire, « celle-ci est une récidiviste. Elle avait déjà été arrêtée, début 2011, à l’aéroport de Johannesburg pour le même motif ».  Comme il circule en ce moment sur la toile des contradictions s’aggravant de jour en jour entre JDO et SASSOU NGUESSO. Le tout amplifié par une vulgarisation de l’information  sur le net parfois incontrôlée, invérifiable mais ayant un impact très significatif.


Ainsi, le pouvoir peut prendre toutes les mesures coercitives pour contrer toute manifestation populaire, peaufiner les arrestations en douce ou encore augmenter les intimidations sur les personnes réclamant plus de démocratie et de liberté, ce ne serait que retarder l’échéance déjà en cours. L’internet est une force insoupçonnable qui a mis au défit les pires dictatures de ce monde. Son action peut être spontanée, directe et parfois violente sur les personnes qui refusent de se soumettre à la volonté populaire.

DAC:  www.dac-presse.com

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).