Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

11 Jan

BRAZZAVILLE : VILLE IMPROPRE, LA MAIRIE ET PRO-BRAZZA SONT-ILS LES COUPABLES ?

Publié par BERI

 

Devant la recrudescence du phénomène d’insalubrité devenue permanente dans la ville de Brazzaville, plusieurs voix des compatriotes s’élèvent pour interpeller le congolais patriotique afin de ne pas laisser mourir cette belle ville. Au delà de la prise de conscience nécessaire pour tous les citoyens, (lire : Environnement : A quand la prise de conscience :http://berijc.over-blog.com/article-congo-brazzaville-environnement-a-quand-la-prise-de-conscience--41834895.html).

 

Brazzaville insalubre : les causes

 

 

Quel est le cadre de vie des Brazzavillois et Brazzavilloises ? Les populations de Brazzaville doivent se demander quelle est la politique d’assainissement et de salubrité de leur ville ? Quel est le projet de l’actuel Maire en matière d’assainissement ? Il ne sera jamais assez dit ou écrit sur le sujet  tant que la vie de nombreux citoyens congolais sera mise en danger par la faiblesse ou l’incompétence du Président du conseil municipal de Brazzaville et la Société  PROBARZZA censés tout mettre en œuvre pour lutter contre l’insalubrité.

En cette saison de pluie, Brazzaville patauge dans les eaux usées, les citoyens cohabitent plus que jamais avec les tas d’immondices qui jalonnent les rues et les marchés. Au rond-point  de la tsiémé  dans l’arrondissement 5 OUENZE, un spectacle triste, humiliant vous accueille en observant le quotidien des populations. D’une part, l’eau stagnante et polluée par les moustiques et de l’autre,  les immondices qui côtoient les denrées alimentaires. Ajouter à cela la circulation complètement incontrôlée et anarchique rend le paysage digne d’un concours «A  qui pollue le plus ». Ce spectacle affligeant et indigne, les citoyens de Brazzaville le retrouvent dans tous les arrondissements de la capitale.

 

Pourtant les populations ont été prévenues de l’arrivée prochaine de PROBARZZA qui devrait semble-il s’attaquer au problème. C’était il y a deux ans environs. Oui chers compatriotes,  voilà deux ans que la mairie de Brazzaville et la Société PROBARZZA ont promis nettoyer la ville, deux ans que les populations s’infectent de tas de maladies. Curieusement, nous venons d’apprendre que le président du conseil municipal Hugues Ngouélondélé accentue l’application de l’arrêté n°0044 du 18 août 2009 du conseil départemental et municipal, modifiant les arrêtés n°38 et 070, fixant les modalités pratiques pour l’hygiène et la propreté…  «Les occupants ou propriétaires des magasins des boutiques, bars, restaurants, boîtes de nuit et autres propriétés, à l’intérieur ou attenant de la voie publique, qu’ils soient propriétaires ou locataires, devront une fois par jour assurer le nettoyage des alentours, devantures de leurs propriétés, une fois tous les deux jours, assurer le nettoyage des caniveaux situés le long de leurs propriétés et partant, maintenir en état de propriété les trottoirs qui bordent leurs propriétés»... 

«Le non respect de cet arrêté est passible d’une amende de 150.000 FCFA, allant jusqu’à la fermeture temporaire ou définitive de l’étal, magasin, restaurant, bureau et autres. La Police et la Gendarmerie nationale sont chargées de l’application stricte du présent arrêté».

 

Face à l’insalubrité de la ville, les populations se posent une seule question au MAIRE et PROBRAZZA, où allons-nous déposer les déchets collectés ?  En l’absence des bennes à ordures dans la ville, qu’allons-nous faire de ces déchets ?

Pourquoi persiste t-on à faire croire aux congolais que la raison de l’inefficacité de la Mairie et de PROBARZZA réside dans le seul fait que son matériel soi-disant « ultramoderne » serait bloqué à Pointe-Noire faute de moyen d’acheminement vers Brazzaville ? Pourquoi débloquer plus d’un milliard de F. CFA (montant qui serait revu à la hausse) par mois si cette entreprise est incapable d’honorer ses engagements ? A l’exception de la voie baptisée présidentielle qui relie le palais du peuple à l’aéroport et, sporadiquement l’avenue de la paix où un semblant d’hommes et femmes sortis de l’ombre nettoient en pleine nuit, rien n’est fait en matière de salubrité.

Quel est l’objet réel de la société PROBARAZZA ? Aujourd’hui plus d’un congolais soupçonne l’arnaque orchestrée par le Maire et PROBRAZZA pour détourner encore une fois de plus les fonds destinés à l’assainissement de la ville de Brazzaville. Jusqu'à combien de morts de paisibles citoyens victimes des maladies hydriques (fièvre typhoïde, amibiase, divers parasites intestinaux) dues à l’insalubrité doit-on atteindre pour que réagissent les pouvoirs publics ?

Il est à noter que nous ne pourrons jamais vaincre le paludisme en vivant dans l’insalubrité. Les Congolais doivent savoir que beaucoup de pays ont vaincu le paludisme grâce à une politique cohérente d’assainissement.

 

Politique d’assainissement à promouvoir :

 Brazzaville.jpg

Je propose que toutes les victimes de l’insalubrité se constituent en association et de porter plainte contre La Mairie et PROBRAZZA pour manquement aux devoirs civils et mise en danger d’autrui.

Que les immondices collectées, si elles ne sont pas récupérées par les services de la MAIRIE et PROBRAZZA, de les déposer devant l’hôtel de ville ou les Mairies de Brazzaville.

Q
ue les citoyens de tous les arrondissements de Brazzaville se constituent en association afin de défendre leurs intérêts au conseil municipal de la ville qui est prévu pour février 2010.


Que Brazzaville soit dotée à court terme de collecteurs et d’une usine de traitement des eaux usées (mise en place d’un réseau d’égouts).

Pourquoi ne pas envisager de diversifier les partenaires pour s’occuper de la salubrité de la capitale. Ceci favoriserait une concurrence loyale et gage d’un service adapté et de qualité à travers un  cahier de charges défini par le conseil municipal. Le monopole de PROBRAZZA est à dénoncer.


Q
ue les citoyens dénoncent, vivement, le détournement des fonds municipaux au profit de la société PROBRAZZA et l’inactivité sinon l’incompétence du Maire de la ville.

Que les citoyens dénoncent l’absence d’une politique de collecte des ordures ménagères, emballages et papiers, du verre, des déchets dangereux et des encombrants des ménages (déchetteries).

Contrairement au Maire Hugues Ngouélondélé et PROBRAZZA qui se sont prononcés pour l’enfouissement des ordures ménagères collectées, les conseillers municipaux et les citoyens doivent exiger vivement un service public d’élimination des déchets ménagers et assimilés (collecte, traitement et valorisation).

salubrite.jpg
Le conseil municipal doit interdire la production et la vente  des sacs plastiques (sachets) et encourager la production des matières biodégradables.

Brazzaville doit se doter à court terme d’une politique de valorisation des ordures ménagères. La collecte et le traitement des déchets ménagers se feraient dans un centre de valorisation énergétique. Un centre de valorisation énergétique serait un cite industriel au sein duquel seront incinérées les ordures ménagères non recyclables. L’incinération produirait ainsi de l’électricité qui serait vendue et redistribuée sur le réseau de la SNE (Société nationale d’Electricité). L’obtention des mâchefers seront valorisés en travaux publics (sous-couches routières pour le bitumage des rues et avenues de Brazzaville). Le recyclage de la ferraille permettrait sa commercialisation vers les industriels (aciéries).

 

Ainsi, Brazzaville redeviendrait agréable et bon à vivre doté d’un plan d’urbanisme viable et d’une stratégie de planification en assainissement et salubrité.

 

Jean-Claude BERI

http://berijc.over-blog.com/

DAC : developperautrementlecongo@gmail.com

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).