Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

15 Apr

Arrestations des Maîtres MALONGA et HOMBESSA : Un affront à la justice

Publié par Berijc

Les visages de l’injustice et d’atteinte aux libertés fondamentales sont multiples au Congo Brazzaville. Depuis le 04 Mars 2012, un nouveau palier a été franchi dans l’horreur et la déshumanisation des citoyens.

Les situations les plus abusives et les plus indécentes s’aggravent quotidiennement ne pouvant laisser aujourd’hui indifférent tout citoyen du monde qui aspire davantage à plus de liberté et de justice.

 

 

Maîtres Malonga et Hombessa, menottes aux mains, dans les couloirs du palais de justice de Brazzaville

Les récents événements faisant état d’arrestations et séquestrations des avocats congolais dans le cadre de l’exercice de leur fonction sonnent-ils le glas de la fin du droit à un procès équitable au Congo ? Ce droit qui est l’expression

 

 

d’un choix fondamental en faveur de la dignité individuelle devient-il prohibé ? Vouloir assurer une meilleure représentation légale à une personne accusée à tort ou à raison constitue t-il aujourd’hui un délit ?

Ou encore doit-on laisser s’exercer en toute illégalité, dans une nation ayant signé la charte des nations-Unies une parodie de justice qui déshumanise l’être humain ?

 

 

 

Manifestement nous sommes en présence d’un État qui bafoue les droits les plus élémentaires des citoyens. Le gouvernement congolais en organisant ce simulacre de procès prouve par la même occasion la volonté manifeste de M. SASSOU de bâillonner la démocratie.

Les insupportables images de transfèrement vers la maison d’arrêt des Maîtres MALONGA et HOMBESSA traduisent clairement que le gouvernement congolais foule aux pieds les Principes de base relatifs au rôle du barreau du Haut commissariat des Nations-Unies au droits de l’homme en son article 16 qui stipule :

 

 

Les 2 avocats le jour de leur transfert à la maison d'arrêt.

 

 

 

 

 

 

« Les pouvoirs publics veillent à ce que les avocats a) puissent s'acquitter de toutes leurs fonctions professionnelles sans entrave, intimidation, harcèlement ni ingérence indue; b) puissent voyager et consulter leurs clients librement, dans le pays comme à l'étranger; et c) ne fassent pas l'objet, ni ne soient menacés de poursuites ou de sanctions économiques ou autres pour toutes mesures prises conformément à leurs obligations et normes professionnelles reconnues et à leur déontologie. »


Il est urgent : Que tous les congolais se mobilisent et se mettent du côté des peuples pour manifester notre attachement aux idéaux du développement, de paix, de démocratie, de justice et de liberté. Que les congolais dénoncent les violations massives  des droits de l’homme, les arrestations arbitraires, les intimidations, les tortures. Cet affront à notre institution judiciaire est inacceptable pour tous congolais, citoyens du monde qui œuvrent pour une justice équitable.

 

Libérez Maîtres MALONGA et HOMBESSA.


Jean-Claude BERI, contact@dac-presse.com

Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).