Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

14 Apr

Congo-Brazzaville : Élections législatives 2017, vers la nomination des députés complotistes.

Publié par Berijc

Congo-Brazzaville : Élections législatives 2017, vers la nomination des députés complotistes.

 

Les élections législatives 2017 annoncées en grande pompe comportent plusieurs effets pervers qui caractérisent d’emblée la nature même de fausseté, et de manipulation du peuple sous le sigle trompeur de renouvellement de générations.

Bien que le désir du changement soit fortement enclin au sein de la masse populaire congolaise.  Seulement, les partis politiques,  à  l’exception de ceux acquis à la cause du pouvoir de Brazzaville, auront du mal à convaincre leurs militants du bien fondé de s’engager dans une bataille électorale dont les résultats seront biaisés comme d’habitude. Car la majorité silencieuse, celle qui continue de broyer du noir, celle qui croupit sur le poids d’une misère indescriptible, celle qui continuellement est  bastonnée, intimidée ou encore assassinée navigue entre l’incompréhension du positionnement de leur leaders et l’envi de céder au désespoir ou abandon. Cerise sous le gâteau, une certaine diaspora sensée être le porteur de l’espoir s’est fourvoyée.

Tout ça pour ça !!!

Comme tout le sait que toutes élections organisées par SASSOU et sa bande n’ont jamais été crédité d’une quelconque notion de transparence. Il ne serait donc pas faux de dire d’avance que SASSOU et son clan prépare le maintien soit de l’actuelle majorité ou soit l’avènement d’autres députés godillots cooptés pour avaliser tout et n’importe quoi l’essentiel de faire plaisir au monarque de MPILA  quitte à déshonorer le peuple. Nous découvrons chaque jour la petitesse d’esprit de certains hommes politiques qui se sont livrés à de viles actions dépourvues de toute dignité acceptant d’être réduit aux statuts de larbins, de maîtresses fourre-tout essuyant sans rechigner la crasse de n’importe qui tant que le poste de député leur aient assuré. Des hommes qui sacrifient leur honneur dans les pratiques avilissantes, humiliantes pourvus que qu’ils soient hissés en haut de l’estrade de l’assemblée nationale. Et certains appellent cela réussite sociale…Pauvre Congo…..

Beaucoup d’entre eux tout en rejetant l’actuelle constitution imposée au peuple se sentent prêt à prendre part aux législatives de 2017 sous le fallacieux slogantransparence et équité sorti tout droit des officines du ministère de l’intérieur pour enfumer le peuple et crédibiliser une masse d’imbéciles. Mais de qui se moque-t-on ?

Dans un pays ou un seul clan est en même temps : la justice, la police, l'armée, la finance, la santé, le gendarme, l’avaliseur… comment croire qu’une opposition peut-elle arriver à renverser la table et prendre le contrôle d’une assemblée qui a fait du maintien au pouvoir la politique de toute vie ?  Cette opposition qui croit a une cohabitation en ayant la majorité parlementaire avec 101 députés 2017 fait encore preuve là d’une grande cécité politique.

On a l’impression que ces politiques qui s’engagent dans cette aventure ont longtemps abandonné le cadre tactique du combat pour la restauration de la démocratie pour épouser définitivement l’opportunisme et l’arrivisme. Ils ont pour la plupart renié leurs convictions les plus profondes pour surfer  vers un égoïsme primaire caractérisant ainsi leur volatilité politique compulsive le poussant à trahir tout mais surtout tant pis pour le peuple.

Quel congolais peut nous expliquer aujourd’hui comment peut-on sortir d’une dictature aussi féroce avec celui-là même qui nous y maintient ?  C’est d’une hérésie hallucinante au point que ces combinaisons dangereuses  entre partis deviennent tellement si évidentes  qu’elles laissent plus doute à un arrangement entre amis. Que tous ceux qui s’engagent dans cette folle ascension vers le fruit succulent mais dangereux sache qu’une mangue si mûre soit-elle finit toujours pas tomber.

Ces prétendus hommes politique chantre du renouveau ne sont plus moins que des lèches bottes ou des porteurs de mallettes de ceux qu’ils critiquaient hier. Ils créeront autant que leurs prédécesseurs un  tel niveau de chômage que cela ne fera qu’accroitre le sentiment d’abandon, le repli sur soi des congolais et surtout une disparité sociale profonde. Les jeux sont bipés et ce qui est plus effrayant c’est que cela est tout aussi destructeur que la société dans laquelle la dictature sassouiste nous contraint d’y vivre.

Beaucoup de candidats d’une certaine DIASPORA qui hier étaient très remontés contre la dictature effroyable qui s’abat au Congo se sont précipités pour se présenter devant cet amusement appelé élection. Le peuple médusé et complément désabusé observe avec stupéfaction le revirement à 90° de ces soi-disant défenseur de la démocratie. Aucun congolais sérieux ne peut accorder de l’importance à de telles divagations n’obéissant qu’aux froissements de billets. Un tel comportement témoigne de l’indicible mépris, de l’inconstance et l’absence de conviction insultant pour l’intelligence. C’est oublier que ce sont justement les congolais d’en bas  qui se sont battus, qui se sont sacrifiés pour espérer demain  donner à chacun de nos concitoyens les moyens d’une vie décente qu’ils prétendent défendre et solliciter leur vote.

Bien-sûr la démocratie voudrait que la liberté d’agir et de penser soit respectée pour quiconque. Seulement , les gens qui s’expriment de manière voilées telle des cafards sortis tout droit de la cendre croyant ainsi s’échapper au coq finissent toujours se dévoiler . La dictature a un plan B et on ne peut sous-estimer sa détermination ni son efficacité. Cette élection  n’est que la suite du scénario mis en place pour crédibiliser une élection présidentielle largement vomie et contestée par le peuple.  Malgré  cette grogne populaire   qui se constitue aujourd’hui en une force autonome, vous avez choisi d’en mépriser la portée avec votre  traditionnelle logorrhée d’insultes, de trahison surtout en s’accrochant à vos positions immuables de prostitués politiques telles de drogués en manque qui finissent toujours par repartir chez leur fournisseur.

Vous vous prenez pour de grands esprits de l’alternative d’un côté et l’autre du renouvellement alors que vous ne faites que recycler les vieilles recettes du pouvoir dictatorial  qui nous ont conduit dans le trou actuel.

La dictature n’a pas muté ni changer de visage, elle reste aussi féroce et brutal qu’au premier jour. Le système clanique militairement installé sévit toujours dans la société congolaise. Aucuns de ces maux   immoraux qui minent notre pays n’a été réellement traité. Au contraire, ils se renforcent en une caste de plus en  plus fermée et fonctionnant en monarchie  intimement liée avec les puissances d’argent.

Vous (qui participerait aux élections législatives) vous êtes déconnectés de la réalité du Congo. Vous ne vous rendez même pas compte ce que le peuple reproche à ce pouvoir assassin. Si réellement, vous voulez changer les choses et contribuer à une réelle alternance il faut  agir à la racine. C’est-à-dire repenser totalement les règles démocratiques. Et c’est au peuple lui-même de le faire. Ainsi, cette élection à venir n’est qu’une énième falsification qui étalera encore plus ce que notre quotidien politique recèle de pire, éludant une fois de plus le vrai débat qu'attendent les congolais.

Ne pas trahir le peuple, c’est être cohérent, constant et logique.

Notre position est claire, nous ne participerons pas  ni encore n’apporterons pas notre soutien  à un quelconque candidat et lançons un appel au boycott. Nous savons que certains diront que, la politique de la chaise vide n’est pas la meilleure, que cette décision est politiquement irresponsable. Et c’est leur droit.. Seulement, nous leur répondons «  que nous avons rejeté les résultats du referendum, contesté la victoire de Mr SASSOU à l’élection présidentielle, la non-participation de notre part aux prochaines législatives 2017 répond à une obligation de cohérence, de constance et de logique. Nous ne servirons pas d’appâts à ces officines du pouvoir qui n’attendent que  ce revirement pour nous traiter d’inconstant et d’incohérent. Participer à ces élections ce sera un mépris, un désaveu, une gifle, une humiliation  à l’encontre du peuple congolais.

Nous suivons la volonté populaire qui s’y dégage au sein du peuple et le message est simple. Au regard de l’absence du respect   des principes démocratiques et la crainte des lendemains incertains, ces élections s’annoncent comme une véritable escroquerie. L’organisation des élections, doit obéir à des règles qui garantissent le caractère démocratique du scrutin : l’égalité des candidats, la transparence du vote, la sécurisation, découpage électoral consensuel, l’établissement des listes électorales consensuelles. Or toutes ces conditions ne sont pas réunies. Nous pouvons dores-déjà annoncer que ce qui se passe au Congo est tout sauf une élection législative transparente.

Nous restons du côté du peuple et le peuple refuse de nouveau ces élections organisées contre lui pour mettre encore en lumière des « ministrons » de pacotille, des maitresses aux mœurs douteuses, aux féticheurs, des marchands d’illusions….Nous ne sommes pas en démocratie ce que le pouvoir de Brazzaville brandisse n’est qu’une démocratie de façade. Le choix du peuple n’est jamais respecté. Il voit toujours dans la pratique une politique qu’il déteste qui consiste à traîner vers le bas l’essor du pays.

L’effervescence pseudo électoral, que nous constatons en ce moment dans tout le pays, n’est qu’une agitation des femmes et hommes qui se battent pour toucher le gros lot. Elle est loin d’être une élection responsable, car le virus de la corruption, de l’allégeance au mal, de l’asservissement du peuple est déjà dans le fruit. La seule préoccupation de ces mesdames et messieurs est la  députation avec un gros chèque tous les mois , mais personne, parmi tous ceux-là, ne fait  cas des réformes nécessaires, venues à maturité, urgentes et préalables, qu’il y a lieu de faire, pour remettre le Congo sur de bons rails

Jean-Claude BERI

Congo-Brazzaville : Élections législatives 2017, vers la nomination des députés complotistes.
Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).