Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

15 Jan

Le Congo est-il en train d’en finir avec son dictateur de président : SASSOU NGUESSO ?

Publié par Berijc

Le Congo est-il en train d’en finir avec son dictateur de président : SASSOU NGUESSO ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que ceux qui savent lire les signes du temps informent  ceux qui sont encore englués dans le doute, l’incertitude, l’hésitation et surtout dans la peur qui les cisaille les boyaux. Tout homme vit selon un cycle bien choisi par la nature et par  la force de celui qui nous guide. Tout est  fait pour vous amener à vous jeter dans la fosse du Diable. Les stratagèmes de  fidèles de Lucifer  sont là pour vous couvrir les yeux afin de ne pas voir ces signes annonciateurs . Il se fera appeler par tous les noms : le bâtisseur, l’unificateur, le guide, le faiseur de paix, le pacificateur,  le rassembleur, le généreux le sauveur…… Ce ne sont que des noms d’emprunt qui cachent sa véritable identité qui n’est autre que le trompeur, le diable, le mauvais, l'usurpateur, l'imposteur, l'accusateur, le dévoreur, l’assassin, le serpent, le falsificateur, le pilleur, le tribal…

 

Un président Dictateur qui a construit sa gouvernance sur : une milice armée implantées régionalement et  composées des mercenaires étrangers, des badauds et qui construit sa politique sur des dirigeants irresponsables et corrompus, en ignorant les problèmes alimentaires, économiques ou structurels, des dangers sanitaires accentuant la prolifération des contaminations, accès sélectif à l’éducation peut-il durablement avoir la confiance  des siens ?

 

Le peuple congolais a mis à nu ses multiples piliers sur lesquels reposait son pouvoir: Le fétichisme, son leitmotiv ne lui apporte plus son aplomb d’antan. Comment cela pouvait-il en être autrement après avoir fait périr un grand nombre de pauvres pygmées de la lekoumou en espérant  récupérer tous leur savoir fétichisme .  Malgré cela , Ssassou n’arrive toujours pas a avoir le contrôle du sud. Après avoir corrompus tous les féticheurs du Nord espérant ainsi avoir sous sa botte tout le mysticisme du nord, là encore,  sassou s’est trompé. Cela s'est résumé en un ramassis de marabout charlatans. 

 

Tristement, Mr sassou a cru mordicus qu’il maintiendrait aussi longtemps attachés le peuple, par ses fétiches en faisant d’eux des esclaves et des victimes de toutes sortes d’abus afin de lui obéir aveuglement. Seulement la société congolaise n’est pas née avec Sassou ne fut jamais créé pour que nous souffrions ou soyons dans les chaînes de la soumission. Il fut plutôt créé pour servir uniquement notre créateur. Ainsi, les chaînes de la soumission sont en train d’être brisées. Dès l’instant où nous avons  pris conscience de cette réalité, nous sommes  sur le point de nous affranchir spirituellement et de vaincre le mal sassou.

Comme le peuple a mis également à nu l’usage de la Franc-maçonnerie au Congo. Être de la franc-maçonnerie est confronté à deux difficultés majeures. La première, c’est sa relation avec les obédiences européennes et l’indispensable nécessité de couper le lien ombilical. La seconde, c’est sa relation trouble ambiguë, déviant et équivoque avec les dirigeants politiques congolais. C’est perçu aujourd’hui comme un sanctuaire des hommes aux mœurs et pratiques douteuses, malsaines. On arrive  aujourd’hui à véhiculer dans la société congolaise qu’on meurt riche et jeune à cause des engagements pris au sein des frères maçons congolais.  La franç-maçoncongolaise est actuellement récusée par la population congolaise qui dénonce  des recrutements sauvages faisant obligation de don de sang pour les plus jeunes souhaitant  accéder  au  pouvoir et à la richesse faciles  raconte-t-on dans les couloirs de Brazzaville. Aujourd’hui, la franc-maçonnerie congolaise peine à se souder autour de ses idéaux et la guerre est déclarée entre les frères KINFOUSSIA et SASSOU. L’histoire nous en dira plus.

 

 

 

De même, Le Congo semble,  depuis le 27 septembre 2015,  entré dans une quête de liberté et de changement impressionnante. On a ainsi vu un pays se soulever en masse pour dénoncer une situation politique inextricable. Ce n’est surement pas les rafistolages référendaires et la promulgation d’une constitution rejetée par le peuple qui apaiseront la soif de liberté et du changement du peuple congolais . Ce n’est pas non plus l’abracadabresque idée de la formation d’un gouvernement  d’union nationale, comme si la nation congolaise était encore unie, qui fera changer le vent de la liberté qui souffle de plus en plus fort.

 

Les signes a vent couvert sont là présent dans notre société. Que dire de la grève entreprise par l’ensemble du personnel de l’Hôpital de Loandjili ce 11 Janvier 2016 ? Les travailleurs et autres employés réclament quatre mois de salaires d’impayés. Et beaucoup d’entreprises sont dans la même situation. Le peuple congolais avec indignation et colère s'est offusqué  des gesticulations du PCT et fils du dictateur congolais qui narguaient ces dernier en prétextant  lever les fonds pour soutenir la candidature de son père. A t-il lever les fonds pour les victimes du 4 Mars? A t-il lever les fonds pour les sinistrés des inondations de Brazzaville?.......

 

En près de 17 ans d’exercice, Cette famille des Nguesso a engloutis près 2000 milliards dans des opérations de lobbying inutile. Pourtant , le trésor public congolais continue de saigner sans répit pour enfanter les nouveaux riches véreux congolais à l’instar des WILLY ETOKA, LUCIEN EBATA tous deux propulsés au rang de milliardaires congolais par les bonnes grâce de leur mentor Denis Christel SASSOU NGUESSO . Les 17 ans de ce pouvoir familial ont été marqués du sang de victimes du 4 Mars, des disparitions et enlèvements de près de 150 000 personnes , des victimes de tortures dans les geôles de la DST... Est-il concevable qu’en 2016 que le vieux dictateur ne rendre pas des comptes à ses crimes devant un tribunal indépendant ?

 

Laissons le peuple congolais faire son « nettoyage républicain », de pousser plus loin sa purge. Les années sassou doivent nous rappeler qu’on ne peut plus rançonner le Congo sans un jour devoir rendre des comptes. Espérons que les électeurs congolais s’en souviendront aux futures élections a venir . Et surtout se méfieront des tractations en sourdine des faux politiciens  qui sont passés maître en mutations. Ils passent sans cesse des cures de recyclage pour  revenir  nous resservir des vieilles recettes qui remettent en selle le vieux dictateur.

 

La bataille contre le chômage annoncée comme décisive a été perdue par cette caste clanique qui n'a de politique que de se servir pour le bien familial. Les résultats de plusieurs statistiques montrent que de notre pays , dans ce domaine crucial, reste  parmi les plus mauvais d’Afrique Centrale en comparaison avec  aux performance économique identique comme la Guinée équatoriale, l'Angola, le Gabon ... . La colère monte devant l’effondrement de certaines entreprises particulièrement visibles et les licenciements qui en résultent en est la preuve.

 

La peur est du côté du pouvoir qui s’emploie actuellement à déstabiliser les régions du Niari avec l’envoi de plus de 200 mercenaires Burundais qui s’entrainent en vue de mater un soulèvement populaire. Sachant très bien manier le bâton et la carotte, le handicapé politique, Me Martin MBERI, balise le terrain au profit du roi sassou. A Brazzaville, on note également la présence des militaires burundais portant la tenue  la tenue de la Garde Républicaine sous les ordres de Général NIANGA MBOUALA. Le pouvoir de sassou montre à quel point,  un pouvoir aux abois peut faire feu de tout bois pour quémander quelque bonne nouvelle. Mais l’image de nos députés baisant les babouches sanguinolentes des soldatesques burundais risque de réveiller des envies de révolution. Non content de manipuler l’opinion, le pouvoir minoritaire et clanique en place utilise l’armée comme rempart à ses déboires pour traquer les opposants et tenter de détruire les paroles critiques…Pire que dans l’ancienne Union Soviétique ou qu’avec la célèbre STASI : on sent que le goulag fait rêver les tenants du système… En attendant le 20 Mars les étapes suivantes, qui ne manqueront pas de venir : empêcher de toutes les manières possibles l’expression libre du suffrage universel, la mise à plat du fichier électoral, détruire de toutes les manières possibles les hommes et les femmes qui portent le renouveau de notre peuple, de notre Nation, de notre identité, de nos principes et valeurs historiques…Tout est sur la table, tous les scénarios sont en train d’être testés en haut lieu…Tout sera tenté : c’est le propre de tout système totalitaire ….

 

La course effrénée à la confiscation du pouvoir politique par un clan met aujourd’hui en lumière le grand écart qui existe entre les généraux au pouvoir et le peuple. Tous les ingrédients d’une dictature militaire sont de nouveau réunis pour faire du Congo, un pays sous contrôle. Les médias sont muselés, les libertés d’expressions sanctionnées, les intimidations et les surveillances militaires et policières sont de nouveau à l’ordre du jour. La mauvaise gouvernance, l’incompétence et la traitrise se monnayent par l’achat du silence des milliers de sinistrés laissés à l’abandon, des familles désœuvrées à la recherche d’un parent disparu. Ce gouvernement des généraux corrompus, véreux, inhumain offre une paix des pleurs à son peuple. En traumatisant ainsi son peuple ce dernier croit se mettre à l’abri de la colère populaire, c’est juste une tempête dans un verre d’eau. La paix d’un peuple ne monnaie pas ni encore moins l’humiliation d’une armée sous l’autel des intérêts partisans.

 

C’est pourquoi nous en appelons à la vigilance du peuple face aux conclusions de la dernière convention de l’opposition qu’elles ne doivent pas être considérées comme un sauf conduit ou un sésame . Car il ne demeure pas moins que beaucoup de faux opposants s’y terrent encore et capable de désarçonner cette unité. Ils n’ont pas été tous démasqués. Surtout ne vous laissez pas berner par l'illusion d’un état démocratique entretenue par des courtisans qui ne sont que plus ou moins des fossoyeurs de la république. Cette épicerie au pouvoir profite du pillage des richesses du pays pour continuer à asservir le peuple et vous endormir avec des slogans creux vides de tout sens du genre « Nouvelle république ».

 

 

Jean-Claude BERI Contact@dac-presse.com

 

 

 

Le Congo est-il en train d’en finir avec son dictateur de président : SASSOU NGUESSO ?
Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).