Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

27 Nov

Christel D. SASSOU NGUESSO et le « marché de l’humiliation »

Publié par Berijc

Christel D. SASSOU NGUESSO et le « marché de l’humiliation »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au-delà de leur indéniable utilité pour bâtir des maisons,  construire des routes,  les constructions des marchés au Congo  font preuve d’un grand talent ses illusionnistes du pouvoir clanique  pour faire parler d’eux. Mardi 24 Novembre 2015, les populations de la ville économique découvraient  ce panthéon en guise de marché moderne avec l’inauguration en grande pompe de ce « marché de l’humiliation » érigé en plein centre de POINTE–NOIRE au quartier OCH.

Aujourd’hui, en 2015, notre pays connaît une grande crise politique, économique, sociale mais surtout morale. Échec de l’enseignement, échec de la représentativité de nos dirigeants. Cela fait plus de trente ans que le pouvoir Sassouïste impose aux congolais un mode de vie qu’ils refusent à savoir, la clanisation des projets d’infrastructures dits « bambissa lipapa ».

Les membres du clan d’Oyo qui sont des véritables braconniers de la démocratie ne pensent qu’à nous imposer des réalisations qui sont en réalité des trompes l’œil qui augmentent leur appétit vorace de toujours piller les fonds publics. Il est clair que nous sommes à leurs yeux, de pauvres imbéciles qui n’ont rien compris. Cela a pris forme dès le retour en force par un coup d’Etat en 1997, la bande à Sassou a commencé à nous  cracher dessus en voulant imposer le LINGALA à l’école et dans l’administration (alors que le Congo compte deux langues nationales) puis nous avons assisté au fil du temps à l’occupation du domaine public par les lobbys claniques et familiales sans aucune réaction de nos politiques.

Non,  ce ramassis « d’enfants adultérins »  n’a pas conscience de la réalité des choses. Il est filtré par les calculs, les sondages, la sociologie de basse-cour. Il n’en distingue que places à prendre, positionnements à adopter,« créneaux »« opportunités » pour ne dire clairement à piller et d’être au-dessus de ce que la nature leur a autant refusé.

C’est une des calamités imposées par la fausse doctrine décrétée par cette oligarchie clanique. Vouloir le bien« chez eux » et accepter ce qui  est nuisible « chez les autres » est simplement une insulte inacceptable. La vérité n’est ni dans la justice qui  nous empêche de nommer et même de percevoir l’évidence ni moins de nous en défendre en empêchant son parachèvement quand elle est nuisible (comme dans le cas de ce « marché d’humiliation »). Il faut s’abstenir certes,  avec le plus grand soin,  de juger des individus d’après leurs appartenances mais rien n’interdit moralement, et rien ne devrait interdire juridiquement, de juger des communautés d’après leurs effets sur la concrétisation des projets publics et les rapports de voisinage, leur type de relations avec la propriété, avec l’hygiène, avec l’environnement, avec le paysage.  Surtout si nous les trouvant très inégale.

Comment comprendre que les marchés de Dolisie, d’Owando, marché Total… soient construits avec des matériaux modernes, étals et toits en bétons et celui de l'OCH de Pointe Noire inauguré ce Mardi soit en bois et en tôles sur un terrain boueux et probablement ne résistera pas plus de trois ans ?

Faut-il le rappeler que c’est Pointe-Noire qui fait vivre le pays et vous permets de voler autant afin de vous vanter d’être les plus riches du Congo ?  Les millions que vous dépenser dans les achats des pavillons pour vos futilités immorales sont plus importantes que bâtir une infrastructure permettant aux ponténégrins  d’exercer leur activité dans des conditions modernes ? Se cacher derrière du provisoire n’est pas recevable comme argument surtout si vous êtes au pouvoir depuis 17 ans.

L’un des plus grands voleurs du Congo en la personne de« KIKI » dit le « fils à papa » qui se vante d’avoir financé à travers sa fondation cette réalisation à hauteur de 350 millions pense-t-il pouvoir conquérir le cœur des ponténégrins de cette manière ? Franchement de qui se moque-t-on ? C'est ça votre nouvelle république chantée avec tintamarre? La ville qui fournit plus de 80% des ressources économiques du Congo mérite-t-elle une telle humiliation ?

L'humiliation d'un peuple ne servira jamais vos intérêts malsains.  La reconstruction de ce marché doit s’inscrire dans un plan municipal de relance, c'est de l'intérêt général. Surtout pas pour permettre de tremplin à un pseudo politicien véreux, voleur, corrupteur qui n’a comme projet politique que d’être le fils du dictateur de son père. Même si les chiens ne font pas les chats. Mais là, c’est une régression que nous récusons avec force, Quel bond en arrière !

C’est à se demander à quoi sert le maire de la ville de POINTE-NOIRE qui chaque jour collecte des taxes si c’est pour s’attendre que « ce balado KINOIS » vienne nous pondre cet édifice minable en planches, en tôles et terre battue « appelé pompeusement marché de l’OCH ». C’est plutôt « le Marché de l’humiliation » qu’il fallait écrire à l’entrée.

Oui,  je pèse mes mots car c’est comme ça que monte l’humiliation et l’asservissement d’une population : toujours plus de complaisance de nos politiques déséquilibrées.  Ils dépensent nos finances publiques pour mettre à mal la démocratie et le vivre ensemble  que nous avons si chèrement gagnées pour des réalisations qui  s’émaillent  de faits divers toujours plus sinistres et révoltants.

L’humiliation et l’asservissement du peuple agressent notre bon sens en permanence. On nous vole notre vie, notre avenir et l’on veut également sacrifier l’avenir de nos enfants. Le Congo  marche sur la tête et pour lui redonner le sens de la gravité, une formidable entreprise de désenfumage et de dératisation devra être pratiquée. Pour cela, je pense qu’il ne faudra pas  attendre la dernière goutte d’eau de l’HUMILIATION.

Mais ne l’oublions pas un peuple humilié dans son propre pays devient très méchant. Nous avons été ridiculisés avec un référendum des babouins et nous ne sommes pas prêts de l’oublier : champions du monde de la désobéissance civile inachevée,  champions du monde de la mendicité, de la soumission, de la  bouffonnerie, de la mutation du plus pacifique des citoyens en citoyen extrémiste,   Voilà nos médailles.

Avec ces méthodes, bientôt, un choix douloureux s’offrira à nous tous : la dictature clanique des Sassou ou la scission du pays. Pour qui allons-nous voter? Car de l’humiliation naît l’extrémisme, les politiques véreux d’OYO feraient bien de s’en souvenir ! Nous y allons progressivement si la barre n’est pas très vite redressée.

Ce marché de l’humiliation est une réalisation inappropriée et inefficace qui nous mène vers un désastre économique et une destruction du tissu social mais surtout accentue la colère du peuple.  Les Congolais vous mettent en garde contre cette volonté de faire avaler au peuple un remède mortel pour le malade. Il y a des limites dans l'humiliation qu'un peuple peut accepter. Que cela soit compris, Jamais le Congo ne sera un pays des Nguesso et surtout pas de KIKI,  cet enfant aux origines douteuses qui veut se faire passer pour plus congolais que les congolais et dont tous connaissent l’origine des fonds de cette association « Perspectives d’Avenir ».

Tous les Congolais savent que KIKI« LE GRAND VOLEUR » finance son association en procédant à des opérations de blanchiment des capitaux issus des crimes économiques, un fléau entretenu et encouragé par son père, Dénis SASSOU NGUESSO.

Jean-Claude BERI

 

 

 

 

 

 

Christel D. SASSOU NGUESSO et le « marché de l’humiliation »
Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).