Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

01 Jul

Le piège du dialogue se referme sur le peuple.

Publié par Berijc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« … Il n’est pas question d’aller servir de décor à un monologue démagogique qui ne répond pas aux exigences et aux attentes des Congolais qui souhaitent de tout cœur, dans l’ensemble, tourner une page de leur histoire. Si ces conditions ne sont pas réunis, le peuple décidera du sort à  réserver aux magouilleurs et autres illusionnistes politiques issus du OYOLAND. «  On ne combat pas un déchet en le laissant se proliférer » Il n’est plus à démontrer que le clan Sassou et son gouvernement sont des déchets politiques qui gangrènent notre société. Les laisser pollués d’avance notre société par des actes de corruption et de verrouillage au profit d’un clan n’est plus supportable. Le combat doit être mené sur tous les fronts. »  JCB.

 

Le morcellement des intérêts a fait éclater notre horizon d'attente. La naissance des groupuscules dits d’opposition de résistance attise le feu au lieu de le cerner pour mieux le circonscrire.  Seuls les naïfs et les incrédules croient que l’on peut dialoguer avec le PCT dans sa formule et composante actuelles, grand fossoyeur des libertés humaines, muré dans leur seule certitude qu’il n’y a de vérité que la vérité enfermée dans l’idéologie marxiste clanique qu’il prône. Nous n’avons pas non plus pour vocation à être des éternels opposants manquant de discernement pour exiger le dialogue avec des gens qui font du monologue hermétique leur seule raison d’exister pour rester au pouvoir à vie.

Plusieurs raisons motivent mon hésitation à accorder un quelconque crédit à l’appel au dialogue initié par Sassou Nguesso ce 30 juin 2015.

 

Comment peut-on discuter des questions aussi graves qui minent le pays en imposant un calendrier établi d’avance par l’une des parties ?

Comment peut-on dialoguer lorsque le contenu du même dialogue est décidé d’avance par l’une des parties ?

Comment aller à un dialogue dont les participants et les experts sont déjà choisis de façon unilatérale ?

Plusieurs associations « fantômes crées à la va vite entre janvier 2015 et mars 2015, environs 300 associations,  sont d’ores et déjà inscrites comme partie civile favorable à la modification de la constitution, cela est-il de nature à prôner l’apaisement et la transparence ?

Comment voulez-vous que l’on puisse valider une telle supercherie politique qui ne vise qu’ à pérenniser le mandat de Sassou au-delà de 2016 ?

 

Partageant mon analyse sur le fameux monologue que Sassou Nguesso pond aux Congolais, Guy Mafimbapense que l’allocution du Chef de l'Etat n’est que : «… Malice, cynisme et traquenard ou véritable volonté de traiter la lancinante problématique liée à la gouvernance électorale ?

L'allocution du Chef de l'Etat, ce 30 juin 2015 censée tracer les perspectives pour l'organisation des scrutins libres, équitables et transparents me semble être un rendez-vous manqué. Le vrai faux débat lié à la constitution a été insidieusement introduit par le Chef de l'Etat. On parle maintenant de ''l'évolution des institutions'', confortant de plus bel la tactique du ''bal masqué'' scénarisé depuis plus de deux ans par les chantres de ce projet funeste du ''changement de Constitution'' de janvier 2002.

Personnellement, je pense que la ficelle est trop grosse pour nous faire avaler la pilule amère. Tenez !

1/- 11 jours chrono pour préparer un dialogue !

2/- Le Chef de l'Etat a déjà imposé l'ordre du jour. Un point inscrit à cet ordre du jour est inopportun, injustifiable.

3/- Le Chef de l'Etat promet nommer des experts dans un pays ou l'expertise est sujette à caution, parce que partisane, corrompue et clientéliste. Pour mémoire, le Pdt Pascal Lissouba en son temps avait sollicité l'appui de l'UNESCO en 1996 lors de la concertation prélude aux élections de 1997.

4/- Les modalités pratiques pour l'organisation d'une telle concertation, une nébuleuse bourrée d'agendas cachés : le nombre participants, les critères pour la participation, les quotas etc.

Voilà autant de questionnements qui nous interpellent, des préoccupations présidentielles aux antipodes de celles de nos populations soumises à une misère indescriptible, le manque d'électricité, l'eau, l'accès aux soins, le chômage de masse etc.

Mettons en place les mécanismes pour une véritable élection, proposons des projets de société susceptibles de répondre aux défis auxquels sont confrontés nos populations. Que le PCT formule ses propositions « d'évolution des institutions » à soumettre au peuple au lieu de vouloir créer une crise artificielle. »

Le seul point positif de ce message est l’acceptation par Sassou Nguesso qu’il y a un problème de gouvernance électorale qu’il faut régler. Seulement, le piège est cousu de fil blanc. J’accepte de revoir le dossier de gouvernance électorale mais vous acceptez de faire « évoluer les institutions ». Ce qui revient à dire que vous me laisser gouverner au-delà de 2016.

Voilà le vrai sens du marché de dupes que nous propose SASSOU.  Cela est-il acceptable ?

 

Jean-Claude BERI

Le piège du dialogue se referme sur le peuple.
Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).