Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

28 Nov

Vent de tempête sous les tropiques congolais

Publié par Berijc

 

A vrai dire, il n'y a pratiquement plus de suspense au PCT. Le parti de l’homme fort de Brazza a choisi de trainer sa queue entre les jambes comme un chien errant et qui aurait peur de tout. On était tellement habitué dans l'opinion nationale que les décisions, mêmes les plus rocambolesques soient prises au PCT sans craindre ni la foudre ni la tempête. Mais la non prise de décision à la dernière réunion du PCT a mis en lumière le caractère fragile de ce parti. Ne pas se prononcer ouvertement pour la modification constitutionnelle a mis SASSOU dans un état de fureur incontrôlable. «  ..On vous nomme et vous donne le droit de jouir de tous les privilèges et vous êtes incapables de soutenir un projet qui « nous » tient à cœur » dixit un proche collaborateur de BOUYA. Comprenez que le « nous » est entendu ici comme leur pouvoir et pas forcément celui de tous les militants du PCT. Dont certains n’hésitent plus à dire ouvertement «  C’est leur pouvoir ils n’ont qu’à se battre pour le sauver… »

 

Ainsi J. J. Bouya s’est mis en tête de passer à l’offensive. Une sorte de plan B. Longtemps sécrète, connue depuis plus de deux ans par les membres influents du clan D’OYO. Ceux qui étaient souvent appelés à participer aux réunions secrètes au bord de l’Alima  ont décidés de jouer le tout pour le tout.  De sources concordantes on nous signalerait la présence aux abords de MOUKONDO,  proche du domicile du tout nouvel argentier du régime J.J BOUYA parqués  dans une résidence sous surveillance,  de plus 300 «  mercenaires nord Africains » prêts à déclencher une situation d’insécurité pour faire valoir un Etat de siège. Nombreux au PCT s’opposeraient  de façon catégorique à cette option qui  est soutenu par tout le clan et le système Sassou. Faut-dire qu’ils ont plus à perdre que certains membres boukouteurs du PCT qui sont habitués au revirement de situation, sorte de caméléon politique comme le PCT sait en fabriquer.

 

Obnubilé par une sorte d’entêtement d’Antigone (Mythologie grecque) BOUYA et le clan SASSOU s’embourbent dans un processus qui mènerait  le pays vers un dénouement tragique. J.J BOUYA qui se voyait déjà Calife à la place du Calife tente d’étouffer les velléités de revendication populaire par une répression violente ou il n’hésiterait pas  à utiliser les armes les plus redoutables venus tout  droit de la Corée du Nord. Excédé de ne pas avoir le soutien total du PCT s’érige en sauveur d’une cause perdue d’avance. Serait-ce là les derniers soubresauts d’un pouvoir finissant ou l’aliénation d’un homme cupide, dévorateur de l’argent public qui veut rester au pouvoir.

Malgré ces intimidations, ce branlebas de combat, cet arsenal de guerre brandi pour effrayer le peuple cela peut-il suffire pour vaincre tout un peuple ?

Ces hommes sans aucune notion  de gouvernance habitués à utiliser la violence comme arme démocratique. Ils sont aveugles au changement de l’ordre mondial qui s’opère partout. Ils sont sourds devant les mises en gardes de bonne foi qui leur sont faites. Nous sommes devant une déchéance de la nation embrigadée dans les méandres d’une armée qu’on a clanisée à outrance oubliant de surcroît ses vraies valeurs républicaine. Cette situation est loin d’être banale. Elle met en lumière l’isolement de SASSOU par ses anciens soutiens, la France d’Hollande,  IDRISS et DOS SANTOS. Face ce scenario, SASSOU et son système clanique  seraient prêt à mettre le feu au Congo –Brazzaville pour créer un Etat d’urgence qui le maintiendrait au pouvoir au-delà de 2016. Imbu de sa personne, dépourvu de la moindre modestie envers ses pairs africains il s’est allé en donneur de leçons et en initiateur de paix, chose qu’il n’a jamais concrétisé dans son propre pays. Il est prêt a vers le sang des enfants congolais alors les leurs sont progressivement évacué a l’étranger dans des paradis ou se trouvent planqué l’argent volé au contribuable congolais. Lorsque nous parlons du clan Sassou, il est question de montrer que ces individus sont obnubilés par le pouvoir et se terrent dans une cécité et un autisme suicidaire. Faisant preuve d’un total complexe de supériorité, ils ne tirent aucune leçon des événements passés qu’a connu notre pays ou récents qui ont traversés d’autres pays d’Afrique. Tout cela prouve que ces hommes ont atteint un degré d’ignominie qui n’a d’égal que leur voracité affairiste du pouvoir. Sans s’en rendre compte que leur méthode d’accaparement du pouvoir se transforme en une boulimie maladive.

En tout cas les dés sont jetés  SASSOU partira certainement en 2016, la vraie question que les congolais se posent,  auront-ils suffisamment de sagesse pour ne pas créer un autre vendeur d’illusion ? C’est au peuple congolais de prendre la mesure de cette manipulation en cours.

Le peuple congolais doit chercher ensemble le réel intérêt collectif  ou comment dépasser toutes les barrières injustement installés entre nous par un système corrompu et sanguinaire entretenu par le pouvoir en place pour nous affaiblir. La force du peuple pour se débarrasser des gouvernements incompétents, ces parasites nuisibles et clanisés. Le peuple congolais le peuple doit être au lendemain du printemps burkinabé désinhibé par le caractère exceptionnellement scandaleux de la situation qui prévaut au Congo-Brazzaville, et exiger sans condition le respecter l’ordre constitutionnel. Ne l’oublions jamais que la force de notre pays réside dans celle de son peuple.

 

Jean-Claude BERI

Vent de tempête sous les tropiques congolais
Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).