Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

08 Jul

Les tribulations de Denis Christel Sassou Nguesso dans le paysage politique congolais

Publié par Berijc

Quoi que l’on dise, les chiens ne font pas les chats. Vous êtes l’héritier du mal le plus profond que le peuple congolais n’ait jamais connu. Ce n’est pas étonnant que vous cultiviez le vice de votre géniteur. De grâce, ne venez pas divertir les Congolais en parlant de « Paix et Conscience ». JCB

 

Il est un fait constamment avéré qui est que les progénitures des dictateurs n'écoutent que l’élan de leur appétit pour le pouvoir.Toute l'histoire des régimes dictatoriaux est ainsi pourvue des exemples d'entêtements des enfants de dictateurs qui souffrent comme leurs parents d'un autisme sans commune mesure avec ce qu'on peut imaginer de pire en terme d’aveuglement et une vision politique suicidaire.

Le parcours de Denis Christel Sassou-Nguesso est intimement lié à celui de son père

Denis Christel Sassou-Nguesso, surnommé «Mwana na ndéya, le fils à Papa, Papa m'a dit » dans les milieux politiques et des affaires du Congo, et l'un des fils de Denis Sassou-Nguessoest alternativement qualifié de futur prétendant au trône et d'« affairiste patenté » . (1)

L’entrée en scène de ce fils à qui le clan prédit tout le bien pour beurrer les Congolais vise qu’un seul but, garder leur position dominante quitte à exceller dans l’arrogance et l’infamie au détriment de la volonté manifeste de tout un peuple qui ne cesse de réclamer une justice équitable: La conservation du pouvoir par le clan Sassou.

Pensez-vous que le peuple congolais se contenterait-il à ramasser les miettes en guise de mamelles nourricières les maintenant en vie face à l’oligarchie clanique, insatiable et incapable de supporter toute apparence de contradiction et qui s’est accaparée de tout ?

Cet homme bon vivant, dépense sans compter. Des chiffres qui donnent le tournis ou la nausée. Selon un rapport de la police française, Denis Christel Sassou-Nguesso, a investi 473 796 euros dans son accoutrement.«Il change de chemises trois ou quatre fois par jour, et se vante de ne jamais les laver et de les utiliser comme des Kleenex», juge même bon d’ajouter un ancien proche du clan Sassou. Mais suivons les traces du fils dans le luxueux Paris. L’homme, par ailleurs directeur général adjoint de l’aval pétrolier de la Société nationale des pétroles congolais (SNPC), est dépensier. Il aime les voitures (les policiers ont répertorié sept bolides - Porsche Cayenne, Maserati, Bentley coupé, etc.), les costumes (une autre facture pour des chemises et boutons de manchettes en or et pierres s’élève à 257 000 euros), les montres (22 160 euros chez Dubail) et le confort. Depuis début 2005, il a investi plus de 8 millions d’euros dans la rénovation d’un appartement parisien et d’un hôtel particulier de Neuilly, style «Napoléon, Empire», d’après l’architecte entendu par la police. (2)

 

Ainsi donc, Denis Christel SASSOU-NGUESSO que son père a remis opportunément dans la boucle du marché du pétrole peut se targuer de se déplacer en Jet privé au vu et au su de tout le monde, dans un pays où les gens souffrent et n'ont pour seul défaut originel que d'être nés dans un pays riche dirigé par un homme incroyablement cupide : Denis SASSOU-NGUESSO, et profondément tribal et dont le fils s’inspire comme modèle.

Le week-end dernier à Paris (Samedi 5 Juillet 2014 au palais de Congrès, portes Maillot) dénué de tout courage politique, préférant envoyer,  à ses lécheurs de bottes déguisés en fan club et dépourvus de toute dignité républicaine, une vidéo nauséabonde où les mots Paix et Conscience sont pervertis.  Ce n’est pas une surprise pour ceux qui connaissent la politique congolaise. Car ce garçon,  à peine sevrer,  du haut de ses 39 ans n’a rien à proposer aux congolais, à part étaler une richesse acquise honteusement, injustement et  détournée des biens des congolais,  en guise de  projet de société.

Celui qui se fait appeler pompeusement  "Mwana ndeya", "le fils de l'espoir", "le fils à Papa", "Papa m'a dit","le député potiche d'Oyo", a-t-il au moins la décence  de ravaler son  insolence et surtout le mépris  que son clan voue au peuple congolais ? Est-il conscient des souffrances qu’ils font subir à ce  peuple qu’ils ont  muselé depuis 35 ans ? Ou simplement serait-il en train de se lancer un dernier baroud d'honneur par défi ou encore par un orgueil suicidaire en oubliant que d'autres avant lui  l'ont déjà payé au prix le plus fort : celui du sang.

Un adage populaire dit : Les Chiens ne font pas des chats

A croire que le ciel leur est tombé sur la tête. Il y a le feu à la maison. Pour essayer d’éteindre ce feu allumé par leur propre chef qui durant 35 ans de règne ne s’est pas soucié de son peuple, ils sont tous mobilisés en créant une confusion et de loin une diversion dont ils sont tous passés professionnels dans l’art de la manipulation sous le monopartisme. Comme on le dit souvent que « les petits politiques sans grandeur s’accrochent au pouvoir et à ses avantages quitte à se renier et s’humilier ».

Ne pas voir cette grande injustice et cette  grande hypocrisie à exiger des populations assujetties par un système qui l’humilie et le ruine au point de l’appauvrir au jour le jour de se mettre en branle pour soutenir un fils qui est aussi  responsable au même titre que son père du drame congolais  n’est rien d’autre qu’une insulte au peuple. Pour ne pas dire que l’immoralité politique du clan  Sassou n’a pas de limite.

Sans aucun  esprit de médisance ou imbu d’un complexe quelconque, il est difficile de soutenir que les richesses accumulées en 15 ans par Christel Denis sassou, «  l’enfant de l’espoir » soient l’œuvre d’un travail de longue haleine, appliqué et qui ne souffrirait d’aucune infraction ou d’une quelconque politique corruptible abusive ou détournement.

Ne vous y tromper pas ce « fils à Papa »  qui a été incapable  de faire entendre raison à son père qui s’en prenait  injustement à ses frères Congolais de la RDC essaie d’opposer une fausse rupture contre le passé sombre que nous avons connu et dont il est l’un des animateurs principaux et une rupture positive qui demande un changement total dans la pratique de l’exercice politique. Notons au passage que la défunte maman de Denis Christel Sassou-Nguesso et Claudia Sassou-Nguesso, qui se nommait Anne-Marie Kaniki était originaire de la RDC. Ce qui explique l'emploi des sujets de la RDC aux postes clés de la SNPC.

Il nous parle de « Paix et Conscience », ignore-t-il que le Congolais serait aujourd’hui moins miséreux qu’il y a 30 ans si les sociétés  clés du pays dont il a fait main basse SNPC Distribution et  la Congolaise de raffinage Coraf et dont les recettes souffrent d’une opacité innommable étaient gérées autrement ?

Ignore-t-il en  qu’en 17 ans, plus de la moitié de la richesse nationale est  concentrée entre les mains d’un clan dont-il serait  le digne successeur de la mafia congolaise?

Monsieur Christel Denis Sassou Nguesso, laissez-moi vous dire qu’un  peuple transcendé par le courage,  la volonté de lutter pour la reconquête de sa dignité humaine est une force inébranlable. C’est une belle leçon universelle et respectable que vous devriez tenir compte. C’est une preuve que la manipulation ne peut résister durablement contre le réveil des consciences. Vous devez vous repentir au lieu de jouer "au petit parfait congolais modèle". Vous n'êtes pas le mieux placé pour donner des leçons de paix et de prise de conscience aux congolais. Donner la parole aux congolais , sans intimidation, sans contrainte a quelque niveau que ce soit , vous rendrez bien vite compte du degré du dégoût, de l'impopularité, du mépris que suscite juste l’évocation de votre patronyme qui devrait être raillé de la mémoire des congolais.

Vous voulez réveiller la conscience des Congolais ? Alors commencer par vous interrogez  comment un peuple qui a vaincu l’illettrisme dans les années 70-80 peut-il se retrouver au bas de l’échelle avec un taux d’alphabétisation au bas fond des estimations possibles ? Un peuple qui a vaincu le monopartisme et proclamer son désir démocratique peut-il s’accommoder  à des gouvernants politiques qui affectionnent des hold-up électoraux, des viols systématiques de la démocratie, la corruption et surtout aux velléités de modification constitutionnelle absurde… ?

Votre plaidoyer ou discours et vos explications à Paris, par vidéo interposée, n'auront apparemment pas convaincu les Congolais, comment cela pouvait être autrement. Les Congolais se moquent des initiatives du"fils à Papa"  "fervent adepte  de la politique "TOSA O LIA", car ils ont compris la ruse, la manipulation et ne  veulent plus manger dans la main du diable. Le fossoyeur de la misère et de la pauvreté des Congolais. Celui qui se fait appeler "Mwana ndéya" souhaite perpétuer la déliquescence du Congo.

Pensez-vous que les Congolais se laisseront-ils berner par la constance des dirigeants cupides  dont les seuls crédits à leur compte sont l’imposture, le pillage, le mensonge, le détournement des mineurs  et l’incompétence comme mode de gouvernement ? Comment expliquez-vous que les Congolais soient tombés dans l’attentisme primant l’autoritarisme, l’arbitraire, la médiocratie, l’affairisme illégal, la répression, la dépravation et le déni des droits humains… ?

 

 

C’est à toutes ces questions qui minent aujourd’hui la société congolaise que le réveil des consciences doit s’opérer en  suscitant de la part des congolais  une vraie prise en main de leur destin. Ce combat est un processus cardinal et retentissant, un appel de la dignité humaine universellement partagée, un appel à l’éthique républicaine, un appel au changement. Si l’on veut le changement, il faut que ce soit le peuple qui décide de se prendre en charge. Et ce ne sont pas vos jérémiades teintés de mépris et d'une volonté permanente d'exploitée le peuple qui arrangeraient la situation du peuple .

Le  destin  des congolais est entre leur mains. Pour cela, il faut qu’il dénonce les échecs d’une politique de tromperie comme modèle des rapports entre les congolais. Car la mauvaise gouvernance par le non-respect des règles démocratiques engendre l'instabilité politique. Quoi qu'en disent les gouvernants actuels, le clan Sassou conscient de son échec , de l'impopularité croissant de son pouvoir veut amener  le Congo sur une voie ou seule la violence est la règle. Acculé  contre le mur , les sbires du clan poussent le peuple à s'entre-déchirer violemment.

Or, vous, Christel Denis Sassou-Nguesso,  êtes éloigné de cette noble aspiration vers la paix et la prise de conscience. Quoi que l’on dise, les chiens ne font pas les chats. Vous êtes l’héritier du mal le plus profond que le peuple congolais n’ait jamais connu. Ce n’est pas étonnant que vous cultiviez le vice de votre géniteur. De grâce, ne venez pas divertir les Congolais en parlant de « Paix et Conscience ».

Jean-Claude BERI

1- Denis Sassou Nguesso : Son pouvoir affairiste crucifie et ruine les chances de développement du Congo

2- http://www.liberation.fr/societe/2013/12/15/biens-mal-acquis-au-tour-du-congo_966787

Les tribulations de Denis Christel Sassou Nguesso  dans le paysage politique congolais
Les tribulations de Denis Christel Sassou Nguesso  dans le paysage politique congolais
Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).