Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

20 Jul

Les assises vont-ils droit dans le mur ?

Publié par Berijc

"On ne peut pas combattre une dictature en acceptant que les règles soient dictées par celui là même que vous combattez , c'est perdu d'avance. A croire que les expériences Ewo et de  Dolisie n'ont édifié personne  . On continue à s'entêter à mettre la charrue avant les bœufs ..."  DDM

 


Pourquoi les politiques et stratégies adoptées par l'opposition extérieure portent en elles les germes de sa propre destruction ? Les assises, une action approuvée et encouragée par la majorité des femmes et hommes engagés dans la lutte pour la restauration de la démocratie et l'instauration d'une vraie paix équitable sont tombées dans la spirale de la course aux ambitions personnelles.

Les assises qui devraient être cette plate-forme unitaire pour toute l'opposition extérieure et ou convergeraient les idées porteuses d'un nouvel élan pour le changement se sont révélées n'être qu'une énième organisation dans le même genre que celles existantes déjà sur la place de Paris. CODICORD , CONGO YA SIKA, COMITE D'ACTION…

Les responsables de ces dites organisations se retrouvant par la magie des chaises musicales dans pratiquement toutes les sauces. Echouant dans l'une mais  rebondissant dans l'autre. Entre temps les idées et les actions engagées se perdent dans cette course effrénée pour être aux premières loges en 2016.  Tout se passe comme s'il n'y avait rien avant les Assises, alors que les gens luttent depuis longtemps sur la place de Paris et ailleurs. On réconforte un clan d’amis on assaisonnant un peu de quelques ingrédients pour bien faire passer la pilule. On ne peut pas combattre une dictature en acceptant que les règles soient dictées par celui là même que vous combattez , c'est perdu d'avance. "A croire que les expériences Ewo et de  Dolisie n'ont édifié personne  . On continue à s'entêter à mettre la charrue avant les bœufs ..." DDM

Pouvons-nous vraiment dans ce contexte apporter une solution crédible au problème du Congo ? L'inconstance de ces actions montre l'immaturité politique de beaucoup d'entre-nous.

Le bureau qui nous a été proposé n'est pas un bureau de combat, ni encore moins un réservoir d'idée pour demain. Mais cela semble bien n'être qu'une opération de séduction entraînant le plus grand nombre des militants engagés dans la danse dont il ignore qui dicte les pas. Le problème ce n'est pas de rassembler plus du monde , mais de composer avec ceux dont la constance dans les idées et la probité morale ne souffrent d' aucune critique malsaine ou préjudiciable.
En réalité, il y a deux groupes, les naïfs et les ambitieux, prêts à traiter même avec le diable. C'est là où le bât blesse

Les assises au lieu d' aider la communauté congolaise engagées dans la lutte contre les dérives du pouvoir en place à mieux s'organiser créer son propre gouvernement dont certains membres en moins de 48 hures s'estiment déjà être mieux nantis que ceux qui combattent sur le terrain. Se targuant même d'exclure les autres combattants de la liberté pour des raisons tibalo-ethnique totalement absurdes. Comment voulez-vous qu'on nous prenne au sérieux , après la lecture de ce compte rendu  du 13 juillet 2014.

Le bal des ambitions est ouvert !

Au moment ou le PCT commence à fléchir les genoux au travers le réveil de certains de ces militants en l'occurrence Paul Aurélien Madzou, cadre du P.c.t (Parti congolais du travail) et conseiller municipal de Brazzaville je cite :
« ... il y a beaucoup d'autres choses à faire, comme le dialogue. C'est pourquoi, je propose l'idée des états généraux, avant d'en arriver au changement de Constitution. Il faut que la nation se parle, c'est un moment historique important. Les État généraux permettront de dégager le consensus nécessaire sur ce que nous voulons mettre dans la nouvelle Constitution. Celle-ci ne doit pas être le produit d'un groupe de réflexion, mais l'émanation de la volonté de toute la nation congolaise. Les État généraux permettront également de promouvoir la réconciliation entre fils et filles de la nation. N'oubliez pas qu'il y a des entités entières de la population qui sont aujourd'hui frustrées, à cause des affaires politiques où certains acteurs se sentent marginalisés. » La semaine africaine n° 3404.pdf du vendredi 27 juin 2014 page 18.

Les assises préfèrent mettre en avant une démarche de négociation perdue d'avance.
Même les plus ardents défenseurs de l'idée de la Convocation des Etats généraux de la nation ont semblent -ils ravaler  leur conviction en intégrant en masse le bureau de l'organisation des assises. Pourquoi ? Serait-ce l’appel du Ventre ou piégé par une manipulation subtile.

Je le dis te redit , ce n'était pas le but des assises . Elles n'avaient pas vocation à nous pondre un bureau de ce type mais à promouvoir la cohésion, à soutenir les actions porteuses , de créer le rapport de force , rien à voir avec les Etats généraux qui sont dans la logique de demander à Sassou qu'on s'asseye sur la même table.., ....La dynamique des Assises qui a suscité beaucoup d’espoir dans la proposition d’une alternative crédible, ne serait bénéfique que si elle ne s’écartait pas de l’objectif du départ : Créer un véritable rapport de force en vue d’une véritable alternance.

Voilà qui est primordial. Ces ambitions personnelles clairement affichées viennent heurter l'élan de travail collectif qui s'effectuait en amont et contribue à installer une ambiance de clan et de défiance.

Les langues se délient et accuseraient certains membres du bureau de ces assises d'être des membres de la grande loge nationale du Congo ( GLNC) dont le grand Maître n'est autre que Denis Sassou Nguesso. D'autres travailleraient pour le compte de Jean Jacques Bouya. Ces rumeurs invérifiables,  certes , jettent le pavé dans la marre.
Que peut faire Mr  Malekat qui, malgré tout son humanisme et son amour pour la patrie devant cette nébuleuse qui l'as pris en otage? Les Francsmaçons veulent-ils perpétrer leur coup ?

Emportés par cette posture américaine penchant pour le Non aux révisons constitutionnelle en Afrique Centrale et se voyant déjà adoubés par la France , les organisateurs des assises ont perdu toute notion de lucidité politique. Installé demain , ils ne seront que des servitude volontaire des intérêts occidentaux

 

Tout ceci parce que nous congolais sommes inconstants. On n'arrive pas à choisir une seule voie unitaire pour notre combat . On galvaude, biaise nos propres convictions au profit de son propre intérêt . Cette ronde des ambitions est une spirale qui nous dégrade et nous  humilie. Cela entraîne annihile la confiance et la reconnaissance. C'est une démotivation perpétuelle conduisant inexorablement a  moins de performance. Finalement, tout le monde y perd. On croit avancer. Alors que l'on fait du surplace. Sans occulter la part de l'action qui est celle de ces groupuscules. N'est-il pas nécessaire de s'interroger si ces groupuscules ont réellement les moyens de leurs ambitions ?

Ayons le courage de penser par nous même, honnêtement, sans imiter, sans chercher à séduire : la conviction des autres n’est pas un critère de validité. La raison de ne pas suivre la raison de tous est un choix que nous assumons pleinement  L’histoire nous jugera extrêmement sévèrement si nous manipulons , monnayons la souffrance du peuple contre la pérennisation d’un pouvoir contesté.

 

Jean-Claude  BERI

Les assises vont-ils droit dans le mur ?
Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).