Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).

26 Sep

Sassou Nguesso serait-il un terroriste !

Publié par Berijc

« Au lieu de soutenir un terroriste politique et qui puis est, le prédateur en chef des finances du Congo qui cultive le culte de la personnalité via une démagogie communicationnelle pour masquer les vraies réalités, il serait de bon ton de dire : « Ne touche surtout pas à notre constitution…Sassoua tout volé…Sassou doit rendre l’argent du peuple » JCB

SASSOU, « le terroriste politique »

Terroriste : Personne qui utilise la terreur et la violence pour imposer ses idées politiques ou son autorité.

Le drame qui se joue sous nos yeux ces jours ci au Congo Brazzaville, rappelle à bon escient que le problème de terrorisme a changé de nature, le terroriste n’est plus le méchant étranger mais le méchant compatriote nommé Sassou Nguesso.

Sa cible n’est autre que le peuple congolais qui est victime d’assassinats, de pillage, attentas, de persécution et de manipulation éhontée pour chanter sa gloire et/ou obligé de défendre un président terroriste et pillard des deniers publics. La manif anti-française de ce 14 septembre 2013 organisée par des groupes restreints, secrets, selon des principes tribalo-régionalistes et militaires ou quasi-militaires payés avec l’argent volé du Congo pour défendre un seul homme nommé Sassou Nguesso est la preuve du tripotage d’un pouvoir contesté.

Comme quoi même les terroristes défendent une cause pour laquelle ils croient avoir raison sur un système qu’ils combattent ou défendent. Seulement ils ne font pas l'unanimité. Certains croient y voir des gestes de résistance, considérés comme héroïques auprès des adhérents ou sympathisants poussés dans un élan de défense de la patrie. D'autres, au contraire, n'y voient qu'une volonté de torpiller le processus de dialogue, d’unité, d’une vraie démocratie réclamée par le peuple. Comme on le constate chaque jour qui passe SASSOU est prêt à tout, a la manipulation, l’excitation de la haine contre l’étranger et surtout même à la guerre pour demeurer au pouvoir.

Seulement il y a un temps pour la guerre et un temps pour ouvrir les yeux devant les réalités du moment pour sortir le pays de l’impasse où il s’entête à vouloir conduire le plonger. Nous vous rappelons que SASSOU ne durera pas ad vitam aeternam. Congolais, faites des choix constructifs et bénéfiques pour l’ensemble des congolais.

Les observateurs présents sur le terrain avaient prédit que cette « manifestation de la honte du clan sassou » convoquée, à la va vite, ce samedi 14 septembre 2013 par les partisans de Mr SASSOU sous le slogan « Ne touche surtout pas à mon président » serait un signal fort d’essoufflement du régime.

De BACONGO jusqu’a TA-NKOMBO, les quelques jeunes pros SASSOU enivrés de drogue parcouraient vendredi 13 septembre les grands artères de la ville dans des 4x4 blanches dont les coffres étaient bourrés de « Guiri » (sac en tissu plastique tressés) de francs CFA promettaient offrir 5000 f Cfa à tous ceux qui participeraient à la manifestation du lendemain. Le ton était donné et la manifestation de la division par le clan SASSOU était scellée. D’un côté les pros SASSOU, ceux qui jouissent des privilèges du Congo d’en haut et de l’autre la population désœuvrée c'est-à-dire ceux qui sont condamnés à ramasser les miettes du Congo d’en bas. On a du mal à déterminer la limite de l’élan patriotique dans cette démarche biaisée servant à servir de tremplin à un clan maffieux qui s’active à creuser le sillon de division du peuple. Où est la vertu d’une politique nationale de solidarité ? Ou est le patriotisme en défendant ceux–là même qui crucifient la patrie depuis 30 ans ?

Tous les projecteurs sont braqués aujourd’hui sur le PCT et le clan SASSOU mettant en avant l’absurde entêtement à vouloir rejeter l’offre du dialogue. C'est indéniable, l'impasse suicidaire qui sape la légitimité de ce pouvoir chaotique et vomi par le peuple place le Congo dans une position de plus en plus vulnérable vis-à-vis de l’extérieur. J’accuse tous les dirigeants actuels d’être « collectivement coupables et responsables » en cautionnant et entrainant certains patriotes dans les dérives politiques d’un « terroriste qui se dit être Président de tous les congolais ».

Devant le peu d'enthousiasme qu’a suscité cette marche de la honte, la jeune génération congolaise mobilisée a démontré qu'elle ne gère pas son avenir en cercle fermé, comme ces groupes paramilitaires restreints, loin des préoccupations du monde extérieur. Les quelques partisans présents à cette mascarade et innommable marche n’ont convaincu que leurs propres mentors. Les cris d’aboyeurs proférés par NGOLO (premier secrétaire du PCT) ressemble simplement a un chien qu’on arrache l’os de se bouche. Comme l’a justement qualifié certaine presse étrangère de « déséquilibrés » agissant à titre individuel dont les propos frisent parfois la naïveté.

On ne s’y trompe pas ce n’était pas une marche populaire, mais une marche achetée, une marche corrompue, une marche de la honte, une marche de l’humiliation pour camoufler les tristes réalités du moment. La majorité silencieuse aspirant à un renouveau démocratique par la recherche de solutions équilibrées et communes, par la vertu d'un compromis s’est détournée de cette marche et a démontré clairement qu'elle ne monnayera pas sa liberté pour assouvir les appétits démesurer d’un « terroriste politique de président » qui de surcroit maintien son peuple sous une Chape de misère.

Faut-il rappeler à ces groupuscules restreints qui ont vociféré des menaces en bavant du sang que ce n’est pas le peuple qui est responsable de l’assassinat de Marien Ngouabi. Ce n’est pas le peuple qui est responsable de l’affaire des 353 disparus du Beach. Ce n’est pas le peuple qui est responsable des procès bâclés par la gente militaire du Marien Ngouabi, des disparus de Beach et du 4 mars. Que ce n’est pas le peuple qui vide les caisses du trésor public. Vouloir faire la lumière sur ces dossiers par d’autres moyens que ceux imposés par un pouvoir qui est lourdement soupçonnés d’en être l’auteur est loin de porter atteinte à l’intégrité du Congo ou pire encore faire preuve de relents colonialistes.

La France n’a pas porté atteinte à la nation congolaise.

Si c’est le cas, soyez en rassurer, le congolais n’est plus l’enfant qu’on prenait la main pour traverser la rue. Le peuple saurait dire a qui de droit, sa volonté d’être une nation libre et indépendante. Sauf que pour le cas express ici mentionné la vérité est ailleurs.

Cette manifestation a en revanche fourni une image du pouvoir nette. Le surréalisme, l’agitation mortifère d’un groupe aux abois, des manipulateurs qui croient vaincre un tsunami populaire avec des cris d’orfraie. Preuve de l’extériorisation de tension d’un sectarisme imbu de relent dictatorial.

Il n'y a que chez nous (Congo) que ce genre de chose peut arriver lorsque quelques jeunes manipulés à coup de millions de FR Cfa et de stupéfiants décident d'organiser une manifestation s’estimant investi du droit de parler au nom du peuple.

Dans aucun pays au monde, l’on est obligé de tenir un stand de distribution de billet pour attirer les malheureux congolais à venir gonfler les rangs d’une manifestation jugée, semble-t-il patriotique et populaire. Le PCT et le Clan SASSOU viennent juste de démonter leur capacité à ne pas reculer devant la bêtise.

On est simplement dans le déni permanent d’une démocratie populaire et consensuelle, d’une justice équitable, d’une politique gouvernementale exemplaire et d’un rejet en masse des dirigeants actuels qui n’ont plus comme solution l’agitation d’épouvantail.

SASSOU « le terroriste financier »

Après l’épisode de dépenses sulfureuses de sa tendre épouse lors de son dernier anniversaire à St TROPEZ, on croyait le couple assagie. Erreur ! Ils ont encore récidivé à MARBELLA en Espagne ou 10.000 euros a été balancé comme on donne un pourboire à SDF. Détrompez-vous les congolais ne sont pas aveugles ou amnésiques pour laisser penser qu’ils ne voient pas comment est utilisé leur argent.

Le pays est englué dans une misère noire par un terroriste financier qui se dit être président d’un Congo émergeant en 2025. Sachant qu’il ne serait peut-être plus en vie à cette date, que lui coute-t-il de faire des promesses irréalisables dont le seul but est de continuer à avoir la main mise sur les recettes du pays ?

Faut-il refaire un inventaire des frasques budgétaires dont les montants exorbitants saigneront encore le Congo jusqu'à l’an 2030 ? Petit rappel pour ceux qui ont la mémoire courte ou encore l’esprit sélectif

- Mme Monique Cerisier-ben Guiga.Nous apprend qu’on a pu retrouver la trace de 472 millions aux Bermudes, un sommet de l’iceberg ! (Extrait du compte rendu des débats de la séance du 29 novembre 2007 au Sénat Français)

- Sébastien Ramnoux et Matthieu Pelloli rapportent que 9 M€ provenant directement de la Direction du trésor de la République du Congo auraient transité sur les comptes de Franck Export entre 2005 et 2011. Une partie de ces fonds aurait directement profité au président du Congo et à son entourage. »

- Le journal américain « The Sunday Times » du 7 janvier 2007 s’offusque des dépenses pharamineuses de M. SASSOU de plus 201 millions F CFA de frais d’hôtel lors de son périple américain du début d’année 2007.

- Charlie Hebdo du 26 décembre 2012 – Laurent Léger : « Denis Christel Sassou a en effet attribué à ses trois enfants, Ilona-Anaëlle (née en 2004), Lily-Anne (2006), et Denis-Ylan (2008), des contrats d’assurance-vie ouverts dans la filiale de Barclays, Barclays-Vie, et les a tous rachetés fin janvier 2012. Les montants de rachat (brut) ne sont pas négligeables : 358 000 euros pour la première, 354 000 euros pour la seconde et 248 000 pour le dernier. Et, comme le signale Tracfin, les fonds se sont envolés. Pas au Congo, mais au Liban. Le pays du secret bancaire où les banques ressemblent à des citadelles inviolables. Voilà encore un bon million qui échappe au peuple congolais. » etc.

On peut l’affirmer, sans aucun risque d’erreur ou de mauvaise lecture, au regard de multiples enquêtes menées par les experts internationaux que SASSOU NGUESSO affame plus de 3 millions congolais pris en d’otages par un terrorisme financier institué par son clan.

L’argent du Congo sert à surarmer un clan que se prépare à défendre un pouvoir acquis dans le sang et surtout contre la volonté populaire. Or, les Congolais réfutent massivement l’idée de voir s’instaurer dans leur pays un pouvoir à vie dont le règne chaotique a détruit la société congolaise. La fronde des congolais contre le holdup du clan sur les richesses pétrolières (8 milliards de dollars par an de recettes publiques), près de 3/4 cette richesse n’est pas redistribuée aux populations est de plus en plus palpable.

M. Denis Sassou Nguesso cultive justement la hantise nommée "la sassouïsation des esprits des Congolais". Il a construit son pouvoir sur de la braise qu’il ne cesse d’attiser à chaque fois que le peuple lui réclame des comptes sur sa gestion politique catastrophique du pays. Il essaie régulièrement d’opposer une fausse rupture contre le passé sombre que nous avons connu et dont il est l’un des instigateurs principaux et une rupture positive qui demande un changement total dans la pratique de l’exercice politique

La course à l’enrichissement de Sassou Nguesso et de son clan a dépassé depuis longtemps les limites du tolérable. Cette attitude que nous qualifierons de terrorisme financier devrait faire l’objet des poursuites par les organismes financier internationaux.

Ainsi au lieu d’organiser des marches Anti-français, c’est aux congolais plutôt de manifester contre ce pouvoir qui les transforme en mendiant dans un pays où ils vivent dans l’humiliation. « Ne touche surtout pas à mon Président …» Au lieu de soutenir un terroriste politique et qui puis est, le prédateur en chef des finances du Congo qui cultive le culte de la personnalité via une démagogie communicationnelle pour masquer les vraies réalités, il serait de bon ton de dire : « Ne touche surtout pas à notre constitution…Sassoua tout volé…Sassou doit rendre l’argent du peuple ».

JC BERI : contact@dac-presse.com

   Sassou Nguesso serait-il un terroriste !
Commenter cet article

Archives

À propos

DAC - le portail d'information de l'association Développer Autrement le Congo (DAC).